Biblimaniacs – L’émission de janvier 2019 est en ligne !

Pour ce début d’année 2019, nous avons enregistré une émission que j’ai beaucoup aimé préparer. Non seulement cela m’a permis de découvrir Henry James, que je n’avais jamais lu, mais mon envie de voyager en Ecosse a été ravivée par le gros coups de coeur eu en lisant Peter May.

L’émission de janvier est disponible ici mais aussi sur iTunes, Deezer et Spotify.

Bonne écoute !

Bonne année 2019 !

Voilà une année 2018 qui est passée extrêmement vite. L’année 2019 sera pour moi dans la prolongation de celle-ci : poursuivre l’emménagement dans notre nouvelle maison dans la Vienne, continuer à trouver des idées pour notre podcast des Bibliomaniacs et me forcer à me dégager du temps pour lire autant qu’avant. Tous les changements en 2018 ne m’ont pas laissé suffisamment de temps pour la lecture et il n’est pas question de reproduire cela cette année. En 2019, je m’inventerai du temps ! (Je ne sais pas encore comment mais quand j’aurai trouvé, je partagerai ce secret)

Je vous souhaite à tous le courage, la force et l’espoir de réaliser les voeux qui vous sont chers en 2019. Cela ne tient qu’à vous !

Mon bilan de décembre

Quel joli mois de décembre en terme de lectures ! Mes vacances de fin d’année m’ont permis de me consacrer de grandes plages de lecture, et de découvrir beaucoup de BD. J’ai enfin beaucoup de coups de coeur, après des mois avec très peu de vrais coups de coeur. Et moi qui croyais être devenue très difficile, quel soulagement !

Mes coups de coeur

Mes autres jolies lectures

Mes abandons et déceptions

Lectures en cours et à venir

 

A bientôt pour le bilan de l’année 2018 !

Le train d’Erlingen, ou la métamorphose de Dieu – Boualem Sansal

sansalUte Von Ebert est l’héritière d’une grande famille industrielle allemande. Elle attend désespérément l’arrivée d’un train qui viendrait sauver la population d’Erlingen. Une guerre ou une pandémie s’est abattue sur la ville, que les dirigeants ont déserté. Sans savoir quelle est la cause de ce mal, ni sa nature, tous les habitants vivent dans la même peur et dans une attente passive. Ute Von Ebert raconte, dans des courriers adressés à sa fille vivant à Londre, son quotidien.

J’ai été immédiatement saisie par le ton si particulier de ce roman. C’est au lecteur de faire un grand effort pour essayer de le comprendre (en vain pour moi). Boualem Sansal ne le met volontairement pas à la portée de son lecteur. Il m’a été difficile d’éprouver de l’empathie pour les quelques personnages du roman, voire un quelconque intérêt. Ma curiosité a été toutefois piquée par cette mystérieuse histoire de mal qui rôde, mais la complexité philosophique du récit m’a empêchée d’en voir le bout.

Référence

Boualem Sansal, Le train d’Erlingen, ou la métamorphose de Dieu, éditions Gallimard, 248 pages

Merci toutefois aux éditions Gallimard. 

The hate U give – Angie Thomas

THOMAS2Star Carter est une jeune noire américaine de 16 ans, qui vit dans une banlieue très défavorisée. Alors qu’elle vient de quitter une soirée avec son ami Khalil, leur voiture est arrêtée par un agent de police. Au cours du contrôle d’identité, celui-ci perd ses moyens et il tue par balle Khalil. Dans les semaines qui suivent, cette tragédie prend une ampleur de plus en plus importante pour Star puisqu’elle lui échappe en étant rendue largement médiatisée. Star est alors contrainte de prendre des décisions qui l’empêcheront de protéger son anonymat, ce qui impliquera de prendre beaucoup de risques pour elle et sa famille.

« […] les gens comme nous dans des situations comme ça deviennent des hashtags mais obtiennent rarement justice. Et pourtant, je crois qu’on attend tous ce jour. Le jour où ça finira bien » (page 69)

J’ai été immédiatement aspirée dans l’histoire triste de Star, qui fait écho à tous les cas de violences policières aux Etats-Unis, symptome du racisme persistant. La force de ce roman est de raconter une tragédie nationale à travers l’histoire individuelle de cette adolescente. Lire la suite de « The hate U give – Angie Thomas »

Helena – Jérémy Fel

FELHayley est une lycéenne américaine qui se rend chez sa tante en voiture, afin de s’y préparer pour un tournoi de golf. Sur la route, sa voiture tombe en panne et elle trouve refuge dans une famille qui semble des plus banales. Norma, la mère de famille, l’accueille avec chaleur. Hayley, qui a perdu sa mère pendant son enfance, se sent bien au sein de cette famille, entourée d’une petite fille et de deux garçons adolescents. Elle éprouve toutefois une certaine méfiance vis-à-vis de l’un des deux frères. Elle a raison car elle se retrouve prise au piège dans cette famille beaucoup plus dérangée qu’elle n’en donne l’impression. Le reste est une histoire de fuite et de reconstruction.

Les cent premières pages de ce thriller sont très longues, elles sont interminables. Tous les défauts d’écriture de Jérémy Fel y sautent aux yeux et provoquent une répulsion immédiate. Les dialogues sont particulièrement trop nombreux, rendant la narration mal équilibrée. Mais ils sont également très mal écrits, comme si l’auteur considérait que pour être vraisemblables, ses dialogues devaient être plaqués sur ce qu’il pourrait entendre dans la rue. J’ai été choquée par le nombre de banalités contenues dans le récit et notamment à travers ces dialogues. Les personnages ne relèvent aucunement le triste niveau de ce roman. Ils sont creux, n’ont rien de réaliste ou d’intéressant. Lire la suite de « Helena – Jérémy Fel »

Sukkwan Island – David Vann

VANN« Cela semblait impossible. Tout semblait impossible aux yeux de Roy, ils étaient terriblement mal préparés. » (page 18)

Jim est dentiste et n’a pas eu l’occasion de passer beaucoup de temps avec ses deux enfants Roy et Tracy. Leur mère a décidé de se séparer de Jim quand ils étaient enfants, et il n’a pas cherché à maintenir une relation stable avec eux. Suite à sa nouvelle séparation avec sa petite amie, Jim décide, sur ce qui semble être un coup de tête, de renouer avec Roy. Voyant les choses en grand, il achète une terre en Alaska et y emmène son fils de 13 ans. Là-bas, ils passeront une année entière coupés du monde et devront compter sur eux-même pour se nourrir et se chauffer.

Dès le début de Sukkwan Island, la tragédie rôde. David Vann embarque avec génie son lecteur au fin fond du monde, il crée une atmosphère malsaine et angoissante qui le piège dans cette lecture addictive. Cette ambiance ainsi que la relation entre les deux personnages m’ont fait apprécier la lecture de ce qui est mon premier David Vann et ont contre-balancé les reproches que l’on peut lui faire. Lire la suite de « Sukkwan Island – David Vann »

Mon bilan de novembre

Au mois de décembre, je n’ai toujours pas eu de coup de cœur mais j’ai hâte de vous parler d’un très beau roman Young Adult que j’ai lu en décembre.

Je me suis mise à Tintin car contrairement à beaucoup de personnes, je n’avais jamais lu cette BD dans mon enfance. Je suis assez partagée sur les deux albums que j’ai lus et j’ai surtout été très surprise par les messages contenus dans celui au Congo.

Mes jolies lectures

Mes abandons et déceptions

Lectures en cours et à venir

Contes de l’âge du jazz – Francis Scott Fitzgerald

FITZGERALD2

« Après tout, qu’est-ce que l’intelligence ? Juste la délicatesse de semer quand personne ne regarde et de récolter quand tout le monde le voit. » (page 416)

Quoi de mieux, dans une période de panne de lecture, que de se plonger dans un recueil de nouvelles d’un écrivain que l’on adore ? Cela fait plusieurs années que je suis une grande admiratrice de Francis Scott Fitzgerald, à la fois pour ses nouvelles mais surtout pour ses magnifiques romans. J’y ai toujours trouvé beaucoup de justesse et de délicatesse.

Les Contes de l’âge du jazz rassemblent beaucoup de ses nouvelles, dont certaines sont très connues (je pense par exemple à L’étrange histoire de Benjamin Button, que j’avais déjà lue il y a quelques années et que je n’ai pas relue car elle m’avait déçue). Dans ce recueil, on retrouve l’ambiance des textes de F.S. Fitgerald : des histoires de couple, de déceptions amoureuses, mais aussi des scènes de soirées américaines, avec musique, danse et déguisements. Lire la suite de « Contes de l’âge du jazz – Francis Scott Fitzgerald »

Forêt obscure – Nicole Krauss

KRAUSS2

Un vieil homme extrêmement riche du nom d’Epstein disparaît subitement. Cela faisait quelques temps qu’il effectuait des donations en bien ou en valeur à son entourage, comme s’il était devenu accro au don.

Une écrivaine américaine dont le mariage est en train de pérécliter décide de partir quelques temps à Tel-Aviv, où elle espère trouver un je-ne-sais-quoi, peut-être l’inspiration pour écrire. Elle retourne dans le grand hôtel dans lequel elle passait ses vacances estivales quand elle était enfant, ce qui éveille en elle beaucoup de souvenirs.

J’ai eu énormément de mal à lire ce roman que j’ai trouvé très bavard, essentiellement la partie de la narration faite par l’écrivaine. Ce personnage entremêle ses souvenirs d’enfance et son récit présent de discours abstraits et pompeux. Il y a dans sa narration beaucoup de références philosophiques et religieuses que je n’ai pas saisies et dans lesquelles je n’ai trouvé aucun intérêt. Lire la suite de « Forêt obscure – Nicole Krauss »