Ordinary People – Diana Evans

EVANS2

« […] utilisant le « nous » au lieu du « je » pour se désigner. Dans la langue de leurs couples, le « je » était le pronom perdu. Ils parlaient d’eux-mêmes avec un nous de majesté, y associant leur partenaire et sous-estimant leur moi, de sorte que chacun se trouvait dilué dans un binôme indéfini. »

Melissa et Michael forment un couple parfait. Trentenaires, ils sont free-lance dans la presse et Responsable RSE. Ils viennent d’emménager dans une maison d’un quartier populaire de Londres, où faire grandir leur famille puisqu’ils attendent leur deuxième enfant.

Leur couple d’amis Stéphanie et Damian ont choisi de quitter Londres pour avoir une meilleure qualité de vie et se sont installés à 35 kilomètres de la capitale, où ils élèvent leur trois enfants.

Diana Evans nous fait entrer dans l’intimité de ces deux couples et décortique leur quotidien. Lire la suite de « Ordinary People – Diana Evans »

Mille femmes blanches – Jim Fergus

FERGUS2

En 1874, le grand chef cheyenne Little Wolf rencontre le président américain Ulysse Grant. Jim Fergus imagine le contenu de leur échange : Grant promet à Little Wolf de lui fournir mille femmes blanches que les indiens de sa tribu pourront épouser, ce qui constitue un gage de paix. Des femmes se portent volontaires pour intégrer ce programme, qu’elles considèrent parfois comme une échappatoire à leur situation tragique : certaines sont emprisonnées, d’autres internées ou dans grand état de pauvreté.

May Dodd a abandonné sa riche famille pour vivre librement avec celui qu’elle aime. Elle a fondé une famille et élève ses deux enfants avec son conjoint. Un jour, elle est internée de force par sa famille, qui ne peut supporter cette vie en dehors des codes sociaux et religieux puisqu’elle ne s’est jamais mariée. May fait partie de ces femmes qui choisirent d’intégrer le programme, dans l’espoir de recouvrer un jour sa liberté et de retrouver ses enfants. Lire la suite de « Mille femmes blanches – Jim Fergus »

Le ghetto intérieur – Santiago H. Amigorena

AMIGORENA

Vicente Rosenberg a fui l’Europe dans les années 1920. Il est parti très loin de sa famille, qu’il n’a pas réussi à convaincre de quitter la Pologne. Il a construit une nouvelle vie en Argentine, où il a fondé une famille avec son épouse Rosita et tient une boutique d’ameublement.

En 1940, Vicente commence à regretter de ne pas avoir maintenu de lien épistolaire avec sa mère, qui lui réclame de moins en moins souvent des nouvelles. Avec ses amis juifs, ils se demandent ce qu’il se passe outre-Atlantique. Vicente s’intéresse à l’actualité politique et à la guerre, le lien avec sa mère qui vit dans le ghetto de Varsovie étant pratiquement rompu pour cause de guerre.

La culpabilité de ne pas avoir convaincu sa famille de quitter l’Europe et Lire la suite de « Le ghetto intérieur – Santiago H. Amigorena »

Rien n’est noir – Claire Berest

BEREST

« C’est l’histoire de Diego et Frida, qui ne pouvaient vivre l’un sans l’autre. Ils habitaient dans une maison bleue en pain d’épice, et malgré toutes les épines qu’ils s’enfonçaient dans le corps, ils couvraient leur jour d’un rose fameux, que l’on ne trouve qu’au Mexique, un rose vibrant à éveiller les Morts. »

La vie de Frida Kahlo à la lumière de son histoire d’amour avec Diego Rivera, voici ce que nous offre Claire Berest. Frida Kahlo se définit d’abord par son corps, meurtri par l’accident de Tramway, ses interruptions de grossesse et par la fatigue. C’est d’abord la souffrance physique et l’immobilité qui l’amenèrent à la peinture, puis ce fut la souffrance causée par son amour pour Diego Rivera qui entretint sa passion. Lire la suite de « Rien n’est noir – Claire Berest »

Mon bilan d’octobre

Je poursuis tout doucement ma découverte de la rentrée littéraire 2019, avec de belles lectures. Grâce au génialissime podcast Les couilles sur la table et à l’interview de Didier Eribon par Victoire Touaillon, j’ai découvert Retour à Reims. C’est un très beau mois puisque j’ai également dévoré le magnifique Ordinary people.

Mes coups de coeur

Mes autres belles lectures

Déception et abandon

olyslaegers

Lectures en cours et à venir

Le bal des folles – Victoria Mas

MAS2« Depuis toujours, elles étaient les premières concernées par des décisions qu’on prenait sans leur accord. » (page 102)

En 1885, Louise est internée à la Salpêtrière. Elle a l’habitude d’être exposée à l’examen d’un amphithéâtre de médecins puisque le Docteur Charcot fait des démonstrations d’hypnose sur ses patientes. Elle vit au milieu de centaines de femmes internées pour des raisons diverses, à la fois pour des maladies psychiques mais aussi par des familles soucieuses de se débarrasser d’elles. C’est notamment le cas d’Eugénie, une jeune femme issue d’une famille bourgeoise. Eugénie voit les âmes des défunts et s’intéresse au spiritisme. Lorsqu’elle confie ce secret à sa grand-mère, son père et son frère l’internent immédiatement, ne pouvant prendre le risque que cela se sache dans leur société.

Tous les ans, l’hôpital organise un grand bal à la mi-carême, où est invitée toute la haute société parisienne, avide d’observer des « folles » se déguiser et danser. Pour les femmes internées, la préparation de cet événement est un événement en soi. C’est dans ce contexte qu’Eugénie arrive à la Salpêtrière, Lire la suite de « Le bal des folles – Victoria Mas »

Bibliomaniacs – Episode 65

Pour cause d’agenda hyper chargé, je n’ai pas pu enregistrer le 65ème épisode des Bibliomaniacs mais Coralie, Eva, Léo ont enregistré une très belle émission. Nous en avons profité pour inviter Laure, une nouvelle venue.

Dans cet épisode, elles vous parlent de :

  • A l’est d’Eden de John Steinbeck au Livre de Poche
  • A la ligne de Joseph Pontus aux éditions de La Table Ronde
  • Jeu blanc de Richard Wagamese chez 10/18

Pour télécharger l’épisode, c’est comme d’habitude par ici. Bonne écoute !

La vie silencieuse de la guerre – Denis Drummond

DRUMMOND2Enguerrand est reporter photo et a l’habitude des conflits militaires ou civils. Il a couvert le Rwanda en 1994, la Bosnie-Herzégovine en 1995, l’Afghanistan en 2001 et l’Irak en 2003. Alors qu’il couvrait la uerre en Syrie, il est tué à Alep. A l’annonce de sa disparition, sa mère respecte son souhait et donne à Jeanne, sa compagne, une enveloppe.

Jeanne y découvre une lettre d’Enguerrand lui dévoilant une oeuvre photographique qu’il a constituée depuis des années. Des pellicules sont accompagnées du journal de guerre d’Enguerrand, où il raconte les quatre guerres qu’il a couvertes. Jeanne se fait accompagner par un galeriste dans la découverte de ce qui se révèle être un chef-d’oeuvre photographique.

Le concept de Denis Drummond est original puisque son personnage principal est dévoilé petit à petit par la découverte de ses oeuvres et de ses textes. Lire la suite de « La vie silencieuse de la guerre – Denis Drummond »

Ton histoire, mon histoire – Connie Palmen

PALMEN3

Dans ce roman, l’époux de la poétesse américaine Sylvia Plath raconte leur rencontre, leur vie de couple, leur manière si particulière de s’aimer. Sylvia Plath s’est suicidée, ce qui a donné lieu à beaucoup de critiques à l’égard de Ted Hughes. Il raconte leur histoire en y mettant tout le tragique possible, afin de démontrer à quel point ils étaient tous les deux condamnés au malheur dès le début de leur relation.

Cela donne un style lourdement tragique, particulièrement répétitif sur la thématique du « vous voyez bien à quel point nous étions fichus d’avance ». C’est ce style très bavard, trop attaché à analyser plutôt qu’à raconter, qui m’a inspiré de la répulsion au bout de quelques pages, me faisant vite abandonner cette lecture.

Référence

Connie Palmen, Ton histoire, mon histoire, éditions Actes Sud, traduit par Arlette Ounanian, 272 pages

Les grands cerfs – Claudie Hunzinger

HUNZINGER2« Une nuit, dans la masse du temps, un long cri effilé, tendre et glaçant comme celui d’une fée, un cri d’effroi. »

La narratrice vit depuis plusieurs années dans la forêt des Vosges. Sa maison se situe très loin de toute vie urbaine. Le chemin qui y mène est d’ailleurs un chemin privé que personne n’emprunte. Depuis peu, elle se prend d’un grand intérêt pour les animaux sauvages qui entourent sa maison, et surtout pour les cerfs. Elle découvre l’art de l’observation animale, avec l’aide d’un de ses amis photographe. Elle se passionne pour leur vie, se questionne sur le sujet de la préservation de la forêt et de la chasse.

« Un matin, dans le Grand Vallon, un renard est venu à quelques mètres de moi. »

Le regard de la narratrice est plein de poésie et Lire la suite de « Les grands cerfs – Claudie Hunzinger »