Dans la forêt – Jean Hegland

cvt_dans-la-foret_7057« […] on tient le coup, jour après jour, et tout ce qui nous menace, ce sont les souvenirs, tout ce qui me fait souffrir, ce sont les regrets. » (page 88)

Nell et Eva sont deux sœurs d’environ 17 et 18 ans. Elles ont toujours vécu dans une maison en bois construite par leurs parents, en pleine forêt californienne. Elles ont ainsi été élevées au milieu de la nature, tout en bénéficiant d’une scolarité et d’une enfance normales. Eva est passionnée par la danse classique et espère pouvoir devenir ballerine dans un grand conservatoire. Nell est une jeune fille très intelligente et elle espère être admise à Harvard.

« Comment ai-je pu vivre ici toute ma vie et en savoir si peu ? » (p.127)

Peu de temps après le cancer et la mort de leur mère, le monde sombre de plus en plus dans un chaos dont le lecteur ne connaîtra pas directement la cause. Les Etats-Unis vivent des temps difficiles : il y a vraisemblablement beaucoup de maladies, de décès, puis viennent de fréquentes coupures d’électricité. Les deux sœurs apprennent à vivre en autarcie avec leur père. Ils vivent coupés du monde et n’ont pas conscience de l’état de celui-ci. Nell raconte son quotidien, celui de ses proches, et ses souvenirs, à la manière d’un journal intime (en plus littéraire).

« On est peut-être les deux dernières personnes sur terre, a dit Eva. » (p.238)

Encore un coup de cœur !

Jean Hegland a réussi avec talent le défi de rendre cette histoire passionnante, avec peu d' »ingrédients » : les personnages se comptent sur les doigts de la main, l’histoire se déroule pratiquement sur un seul lieu et pourrait presque être considérée comme un huis clos, la préoccupation majeure des personnages principaux est l’attente d’un retour à la normale. Il n’en faut pas plus à J. Hegland pour captiver le lecteur et faire accélérer son rythme cardiaque au même niveau que celui de Nell.

Nell m’a embarquée avec elle au fond de cette forêt nord-américaine, elle m’a partagé ses questions de jeune adulte ainsi que ses angoisses. Bien que son histoire se déroule sur un fond cataclysmique, les sujets qu’elle soulève sont universels et finalement classiques (mais n’y voyez pas là quelque chose de négatif, au contraire) : relations sororales, premier amour, jalousie, relation à la nature, etc.

J’ai aimé que Jean Hegland fasse grandir ces deux jeunes filles au cours de son roman, pour en faire des femmes plus sûres d’elles et confiantes en leurs choix. Elle fait d’elles de vraies héroïnes capables de choisir leur mode de vie et de ne se laisser guider par aucun homme. Au-delà d’une belle leçon sur la vie, ce roman est aussi très humain car il est entièrement tourné vers ce que sont ces jeunes femmes au plus profond d’elles-mêmes. Dans la forêt est un magnifique roman d’apprentissage et roman d’amour. 

Référence

Jean Hegland, Dans la forêt, traduction de Josette Chicheportiche, éditions Gallmeister, 301 pages

Publicités

10 commentaires sur « Dans la forêt – Jean Hegland »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s