Je viens d’Alep – Joude Jassouma

IMG_20170525_175845_256« On disait d’Alep qu’elle était la plus belle ville du Moyen-Orient… »

Joude Jassouma raconte son long périple depuis Alep jusqu’en Bretagne où lui et sa femme ont trouvé un refuge pour élever leurs enfants en paix.

Il était un petit garçon passionné par l’école mais surtout par la lecture. Il se sentait en sécurité au milieu des livres, protégé par Le Petit Prince de Saint-Exupéry et Le Silence de la mer de Vercors. Pour pouvoir continuer sa scolarité, il devait travailler et gagner de l’argent pour aider sa famille. Sa pugnacité a porté ses fruits puisqu’il réussit à entrer à l’Université, où il apprit le français et où il rencontra sa femme.

« […] je savais par cœur « Liberté » de Paul Eluard. Ce poème était fait pour moi, tant je me sentais prisonnier de mon père, de ma famille. Je me percevais tellement différent. Je voulais être indépendant, décider par moi-même de ma vie. Je voulais être libre. Paul Eluard était mon maître. »

Dans ce récit, Joude Jassouma raconte à la fois ses années d’enfance et d’adolescence mais aussi tous les obstacles qu’il dut affronter pour assurer sa survie ainsi que celle de sa femme et de leur bébé : déménagements fréquents, passage par le Turquie, bateau pour la Grèce puis refuge en Bretagne. Il transmet son expérience en choisissant de parler de son quotidien de la manière la plus factuelle qu’il soit. Il raconte comment s’est déroulé le passage de la frontière turque mais aussi comment il réussit à conserver ses archives administratives personnelles grâce au Google Drive, etc.

« […] comme tous les immigrés, nous ne pourrons transmettre que des mots, des chansons, des histoires… C’est pourquoi ce livre est important pour ma fille. »

J’ai été profondément touchée par ce récit au ton si humble. Ce qui m’a le plus émue est de voir à quel point cet homme a cherché à tout prix à trouver une solution de survie pour sa petite famille et à ne jamais perdre espoir. En lisant ce témoignage, je ne m’attendais absolument pas à être submergée par un esprit aussi optimiste et bienveillant. Il est incroyable de réaliser à quel point les personnes qui sont dans les situations les plus obscures peuvent aussi être celles les plus porteuses de lumière.

Référence

Joude Jassouma, Je viens d’Alep, éditions Allary, 224 pages

 

Je tiens à remercie chaleureusement les éditions Allary, sans qui je n’aurais pas découvert ce magnifique récit. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s