Un jour, tu raconteras cette histoire – Joyce Maynard

MAYNARD« Je n’ai compris tout le sens du mariage que lorsque le mien était sur le point de s’achever. J’ai découvert ce qu’était l’amour quand le mien quittait le monde. Voici notre histoire » (page 12)

Alors qu’elle ne s’y attend plus, Joyce Maynard rencontre le grand amour, l’amour de sa vie à cinquante-cinq ans. Elle vécut une grande partie de sa vie mariée et eut de ce mariage plusieurs enfants. Lorsqu’elle commence le récit de sa dernière histoire d’amour, Joyce Maynard enchaîne les conquêtes masculines depuis quelques années, sans jamais avoir réussi à établir une relation profonde et de longue durée avec l’un de ces hommes.

Ses trois premières années de relation avec Jim sont une renaissance : grâce à l’expérience de leurs échecs amoureux passés, ils apprennent à se découvrir et à vivre leur amour sans contrainte. Malgré le travail prenant de Jim, qui est avocat, et le besoin de Joyce Maynard de se consacrer des jours/semaines à l’écriture, ils savent se retrouver pour savourer ce qu’ils aiment ensemble : la musique, le vin, la cuisine, les escapades dans la nature…

Leur insouciance prend fin en 2014 lorsque Jim apprend qu’il est atteint d’un cancer du pancréas, c’est-à-dire d’un cancer dont il est extrêmement difficile de guérir et qui est connu pour la souffrance qu’il occasionne. Joyce Maynard raconte cet avant et cet après, en les distinguant schématiquement de la sorte. L’avant, c’est le temps de la légèreté, de leur quasi ignorance de leur bonheur. Ce chapitre est évidemment particulièrement lumineux. L’après, c’est le temps de la lutte et de l’espoir.

Joyce Maynard se lance dans un récit autobiographique très éprouvant (y compris pour ses lecteurs), visant à rétablir toutes les étapes qu’ils ont franchies ensemble. De cette manière, elle essaie de répondre à une question qui la hante : auraient-ils réalisé les choix (de médicaments, de docteurs, de cures, de voyages…) qu’ils ont fait s’ils en avaient connu l’issue à l’avance ? Et sinon, cela aurait-il changé l’issue ?

La thématique de ce récit est nécessairement lourde en émotions, et le devient de plus en plus avec la progression de la maladie de Jim. Joyce Maynard lui rend hommage en racontant leur bonheur de l’avant et son courage de l’après diagnostic. Elle m’a particulièrement émue par sa capacité à raconter leur histoire avec simplicité et sincérité, en empruntant la voix d’une amie. De ce point de vue, j’ai retrouvé le style de l’écrivaine que j’avais découverte avec Les règles d’usage.

Référence

Joyce Maynard, Un jour tu raconteras cette histoire, éditions Philippe Rey, traduction de Florence Lévy-Paolini, 428 pages

6 commentaires sur « Un jour, tu raconteras cette histoire – Joyce Maynard »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s