Les passeurs de livres de Daraya, une bibliothèque secrète en Syrie – Delphine Minoui

MinouiAhmad est un jeune homme de 23 ans, ancien étudiant en génie civil à Damas, il vit dans la banlieue de cette ville, à Daraya. Après avoir découvert l’existence d’un groupe Facebook de résistants pacifiques, Delphine Minoui prend contact avec lui pour la première fois en octobre 2015. Ahmad fait alors partie des 12 000 derniers survivants de Daraya, une ville encerclée par l’armée de Bachar Al-Assad. Leurs premiers contacts se font sur Skype puis via WhatsApp.

Delphine Minoui apprend par Ahmad qu’il fait partie d’un réseau d’hommes ayant fondé une bibliothèque de plusieurs milliers de livres récupérés parmi les gravas des immeubles. Ce lieu, ouvert de 9h à 17h tous les jours sauf le vendredi, est fréquenté quotidiennement par 25 hommes environ. Les livres qui ont le plus de succès sont L’alchimiste de Paulo Coelho, les livres sur la démocratie et notamment ceux du philosophe tunisien du XIVème siècle Ibn Khaldoun, ainsi que les livres de développement personnel américains qui procurent une vision positive de l’avenir.

La fonction de ces livres est multiple pour ces hommes et femmes contraints à se terrer dans des caves pendant que des dizaines de bombes sont larguées par hélicoptère chaque jour : s’évader, s’enrichir, s’instruire, poursuivre des études qui ont été stoppées, préparer leur prochain systèmes politique, se divertir, se maintenir en vie.

« Face aux bombes, la bibliothèque est leur forteresse dérobée. Les livres, leurs armes d’instruction massive. » (page 12)

Bien évidemment, Delphine Minoui ne peut pas raconter l’histoire et le quotidien de cette bibliothèque secrète sans parler de ce à quoi ressemble la vie des habitants de Daraya. Ils ne sont plus qu’un peu plus de 8 000 quand la ville est totalement coupée et assiégée. Les habitants vivent dans la faim et la peur constante, conscients qu’ils risquent de mourir dans leur sommeil. Se réunir à la bibliothèque constitue une parenthèse de vie : ils s’y rendent presque plus pour se retrouver dans une situation de vie normale que pour lire. Ils y écrivent, suivent des cours et parfois chantent et dansent.

« Des ruines, ils repousserait une forteresse de papier. La bibliothèque secrète de Daraya. » (p. 43)

J’ai apprécié la transparence de Delphine Minoui, qui fait part d’emblée d’une grande difficulté qu’elle a eu pour mener cette enquête de manière éthique : elle ne pouvait pas se rendre sur place, étant impossible de se rendre dans cette ville en état de siège. Comment, dès lors, mener une enquête juste et impartiale, où la vérité sera le maître mot ? Comment ne pas se laisser manipuler par des personnes qu’elle ne connaît pas au début de son enquête ? Pour cela, elle multiplie les échanges sur Skype avec tous les contributeurs de cette bibliothèque, elle recoupe les informations recueillies et les vérifie auprès d’autres sources qu’elle rencontre au Liban et dans le sud de la Turquie.

Je ne peux que recommander chaleureusement ce récit bouleversant, très émouvant et d’une grande humanité. L’amour des livres mais aussi et surtout l’amour de la vie est au cœur du livre de Delphine Minoui : elle rend justice à ces jeunes privés de leur jeunesse en racontant l’immense force morale et l’incroyable espoir dont ils ont fait preuve pendant ces longues années de siège.

Voilà un livre à lire absolument.

Référence

Les passeurs de livres de Daraya, une bibliothèque secrète en Syrie, Delphine Minoui, éditions du Seuil, 158 pages

Publicités

7 commentaires sur « Les passeurs de livres de Daraya, une bibliothèque secrète en Syrie – Delphine Minoui »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s