Luz ou le temps sauvage – Elsa Osorio

OSORIO2De nos jours, Luz fait la connaissance de Carlos à Madrid. Il est son père biologique et n’a pas connaissance de son existence puisqu’il a fui l’Argentine à la fin des années 1970. Luz a été volée à sa mère en 1976 alors qu’elle n’avait que quelques jours. Liliana, sa mère, a passé sa grossesse en détention car considérée comme subversive. Comme bon nombre de jeunes femmes dans sa condition, son accouchement était vivement attendu, afin de lui voler son enfant et de le placer dans une famille soutenant les militaires.

Sa fille fut placée chez les enfants d’un haut-gradé militaire, le colonel Dufau. La fille de ce dernier ayant donné naissance à un garçon mort-né, il lui cacha cette information et substitua le nourrisson de Liliana.

Bien des années plus tard, alors qu’elle vient d’avoir un petit garçon Luz commence à fouiller dans son passé, ayant le pressentiment que beaucoup de choses lui ont été cachées. Elle mène une enquête et c’est cette enquête qu’elle raconte à son père biologique, retrouvé de l’autre côté de l’Atlantique.

J’ai été stupéfaite par le talent d’Elsa Osorio à manier à merveille un grand nombre de temporalités dans sa narration. A la narration contemporaine de Luz à son père, se mêle les narrations des différents personnage qui constituent l’histoire de la jeune femme : sa mère biologique, Miriam -la femme qui tenta à plusieurs fois de venir en aide à Luz-, etc. Non seulement Elsa Osorio mêle le point de vue de plusieurs personnages mais aussi de plusieurs époques : les années d’enfance de Luz à la fin des années 1970, son adolescence à la fin des années 1980 et début des années 1990, et ses débuts dans sa vie d’adulte à la fin des années 1990. Elsa Osorio réussit à ne pas perdre son lecteur malgré cette complexité narrative.

Le choix de raconter cette fiction sur le mode de l’investigation rend l’histoire extrêmement réaliste et permet d’autant mieux de sensibiliser le lecteur à ces années de terreur en Argentine. Je n’avais personnellement qu’une connaissance lointaine des exactions commises par les militaires de la junte et ce roman m’en a beaucoup plus appris que de vagues cours d’Histoire.

L’intensité de la narration varie tout au long du roman, celui-ci passant de phases d’actions à des phases d’investigation. Mon intérêt a parfois diminué lorsque je ne voyais pas le bout de certains épisodes racontant la vie de Miriam et j’ai bien failli abandonner la lecture. Cela valait toutefois la peine de s’accrocher car même si je ne peux pas dire que j’ai pris du plaisir à lire ce roman ni que les personnages me manquaient entre deux lectures, ce fut une lecture très intéressante d’un point de vue historique et littéraire.

 

Référence

Elsa Osorio, Luz ou le temps sauvage, éditions Métailié, traduction de François Gaudry, 350 pages

Publicités

2 commentaires sur « Luz ou le temps sauvage – Elsa Osorio »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s