Les huit montagnes – Paolo Cognetti

COGNETTILes parents de Pietro sont originaires de Vénétie et sont des habitués des montagnes, amoureux des Dolomites. Avant sa naissance, ils partent vivre à Milan, où le père travaille dans une grande usine de l’industrie chimique. 

En 1982, alors que Pietro a une dizaine d’années à peine, sa mère décide de louer tous les étés une maison dans un minuscule village alpin. Ils y passent tous leurs étés et Pietro s’y fait un ami, Bruno. Ce dernier vit toute l’année dans le village de Grana et il aide son oncle à l’alpage, où il garde les vaches et prépare la tomme. La mère de Pietro, scandalisée d’apprendre que Bruno n’est plus scolarisé, met tout en oeuvre pour le faire retourner à l’école et lui faire passer son brevet.

« L’avenir m’éloignait de cette montagne d’enfance, c’était triste, et beau, et inévitable, et de ça, oui, je me rendrais déjà compte. » (page 120)

A 16 ans, ils passent leur dernier été ensemble, avant de se perdre de vue. Une quinzaine d’années plus tard, ils se retrouvent et refondent leur amitié. 

« Je ne me rendais pas compte que ma réaction était tout ce qu’il y a de plus égoïste, parce qu’il ne s’agissait pas tant de Bruno, de ses envies, de son avenir, que de l’usage que je voulais continuer de faire de lui : mon été, mon ami, ma montagne. J’espérais que rien ne change jamais là-haut, pas même les cahutes calcinées ou les tas de fumier que je croisais sur la route. » (p.91)

Paolo Cognetti m’a profondément touchée avec cette histoire d’amitié entre deux garçons qui se perdent de vue puis se trouvent dans l’obligation de vivre de nouveau ensemble pour monter un projet qui leur tient à cœur. La beauté de ce roman tient beaucoup dans sa pudeur, Pietro et Bruno ne sachant pas exprimer leurs sentiments à travers des mots. Paolo Cognetti sait faire ressentir tous ces non-dits grâce à une écriture parfaite, fine, juste et pleine de poésie. Il en est de même pour la narration de la relation père-fils, qui m’a tout autant émue.

Cette magnifique histoire se déroulant dans les Alpes italiennes, dans un cadre bucolique, on est bercé par des images d’une grande sérénité. Paolo Cognetti écrit de très belles scènes de randonnée dans la montagne et de jeux d’enfants dans la nature. Il arrive à introduire de la poésie dans tous les actes du quotidien, y compris jusqu’à la traite des vaches.

Les huit montagnes est le roman parfait pour tous les amoureux de la montagne, il leur rappellera le bonheur provoqué par l’observation d’une clairière ou une balade sur un chemin de randonnée. Mais loin d’être un roman contemplatif, c’est surtout une intrigue très émouvante sur l’amitié et l’amour paternel, ainsi qu’un superbe roman d’apprentissage. A lire absolument !

Référence

Paolo Cognetti, Les huit montagnes, éditions Stock, traduction d’Anita Rochedy, 299 pages

Publicités

6 commentaires sur « Les huit montagnes – Paolo Cognetti »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s