Le tatoueur d’Auschwitz – Heather Morris

MORRIS2

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les familles juives de Slovaquie doivent désigner l’un de leurs membres pour partir travailler dans un camp nazi. Pensant protéger sa famille en se portant volontaire, Lale se rend rapidement compte à son arrivée à Aushwitz qu’il devra redoubler d’efforts et d’inventivité s’il veut se sortir des situations les plus horribles et rester en vie.

C’est ainsi qu’il accepte de travailler comme tatoueur : présent à l’arrivée de tous les convois de trains, il n’en finit plus de tatouer hommes, femmes et enfants. Il « profite » du statut qui lui est donné avec ce travail pour aller et venir dans le camp, découvrir les personnes externes qui sont amenées à y intervenir et lancer un trafic de nourriture et de biens grâce auquel il nourrit plusieurs dizaines de prisonniers.

Alors qu’il n’est tatoueur que depuis peu de temps, il croise le regard d’une jeune femme nommée Gita, qui vient d’arriver au camp et dont il doit tatouer le bras. Cet homme, qui n’a jusqu’à présent jamais aimé une femme mais qui a collectionné les liaisons amoureuses, tombe immédiatement amoureux et sent la réciprocité de ce coup de foudre. De 1942 à la libération du camp en 1945, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour passer du temps avec Gita et la maintenir en vie. 

Cette histoire incroyable et atypique pour le contexte indicible des camps de concentration est pourtant une histoire vraie. Lale et Gita ont bien existé et Heather Morris, est une journaliste qui, après avoir croisé le chemin de Lale, a décidé d’en raconter l’histoire pour la télévision. Le tatoueur d’Auschwitz, qui devait être un film a donc été écrit comme un scénario mais a fini par être édité comme un livre à part entière. Cela donne beaucoup de dynamisme à ce récit et les scènes en sont d’autant plus visuelles. N’y cherchez toutefois pas de descriptions de l’environnement ou de l’intériorité des personnages car ce n’est pas la vocation première de ce texte. Il s’agit d’un livre qui ne vous laissera pas indifférent à condition de ne pas s’attacher à sa forme.

Référence

Heather Morris, Le tatoueur d’Auschwitz, éditions City, 272 pages

Merci aux éditions City pour cette découverte.

Publicités

3 commentaires sur « Le tatoueur d’Auschwitz – Heather Morris »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s