Un monde à portée de main – Maylis de Kerangal

kerangal

« Elle apprend à voir. » (p. 54)

Paula, Kate et Jonas sont tous les trois étudiants au sein d’une école bruxelloise qui leur ouvrira les portes du métier de peintre en décor. Ce qu’ils apprennent à peindre, ce sont des trompe-l’oeil, que ce soit pour la décoration intérieure classique mais aussi pour des décors artistiques. Leur année d’études est intense intellectuellement puisqu’ils apprennent en peu de temps énormément de techniques mais aussi physiquement car leur corps subit les heures passées debout, pinceau à la main.

Maylis de Kérangal m’a replongée dans mes années d’études, celles de la découverte d’une nouvelle ville, de nouveaux amis, de nouvelles matières. Elle raconte avec beaucoup de simplicité et de réalisme la vie étudiante, à la fois faite d’amusement mais surtout d’engagement et d’abnégation pour Paula.

Dans Un monde à portée de main, j’ai retrouvé son talent pour parler du corps, à travers les scènes de leçons de peinture qui peuvent devenir une véritable torture physique pour Paula. J’ai également retrouvé l’incroyable capacité de Kerangal à parler d’un sujet particulièrement technique, la peinture de trompe-l’oeil, avec brio. J’ai rarement lu un roman avec un vocabulaire aussi riche et nouveau pour moi. Cela donne une touche d’exotisme insoupçonnée à la narration, et même si je n’ai pas fait l’effort de rechercher la définition de chaque nouveau mot, je n’en ai pas été perdue pour autant.

« On suppose qu’ils ont opté pour l’ellipse autobiographique comme on applique une règle de bienséance, par dégoût de la banalité, par orgueil, parce qu’ils ont trouvé dans cette posture une manière de déjouer les déterminismes, de les réduire au silence, d’être issus de nulle part, délestés, désencombrés, seuls maîtres à bord pour inventer leur vie : ni père ni mère et hop ! » (p. 85-86)

Et bien sûr, tout cela est soutenu par un style toujours aussi dynamique, qui m’a fait dévorer le roman.

Référence

Maylis de Kerangal, Un monde à portée de main, éditions Verticales, 285 pages

Publicités

3 commentaires sur « Un monde à portée de main – Maylis de Kerangal »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s