Les petits garçons – Théodore Bourdeau

BOURDEAU2Quatrième de couverture : « C’est l’histoire de deux amis qui traversent ensemble l’enfance, puis l’adolescence, et qui atterrissent à l’âge adulte le coeur entaillé.
C’est l’histoire d’un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs.
C’est l’histoire d’un parcours fulgurant, celui de son ami Grégoire, et des obstacles qui l’attendent.
C’est aussi l’histoire d’une société affolée par les nouveaux visages de la violence.
C’est enfin une histoire de pouvoir, de déboires et d’amour.
Mais avant tout, c’est l’histoire de deux petits garçons.
Théodore Bourdeau signe un premier roman enlevé, à l’humour réjouissant, qui entremêle la douceur de l’enfance, les erreurs de jeunesse et le nécessaire apprentissage de la vie.

Ce roman m’a paru froid et insipide, tant sur le contenu que sur le style. Théodore Bourdeau ne sait pas partager les sentiments de ses personnages à son lecteur et se contente d’aligner des événements de l’enfance-adolescence-âge adulte. Il les espace parfois d’ellipses inattendues et inutiles. La narration superficielle de l’enfance est particulièrement décevante parce que survolée. Il est clair que la maîtrise de la temporalité n’est pas simple pour lui. Quand au style, je le cherche toujours.

Lire ce genre de roman m’attriste de plus en plus et ce pour diverses raisons. Je ne comprends pas l’engoûement d’un grand nombre de blogueurs littéraires autour d’un roman que l’on ne peut pas objectivement encenser. Que devient la crédibilité d’un blogueur littéraire s’il ne publie plus que des avis élogieux, s’il omet des bémols dans sa critique ? J’ai encore la naïveté de penser que les éditeurs qui me font confiance en m’envoyant des services presse n’arrêteront pas du jour au lendemain de le faire si je n’encense pas toutes mes lectures. Et quand bien même ils arrêteraient de m’en envoyer… Où est notre éthique ? Je pense aussi et surtout à ces personnes talentueuses qui écrivent mais ne trouvent pas d’éditeurs car ils n’ont pas de nom pour faire vendre, et cela me met en colère de voir que la mondanité passe parfois avant le talent.

J’ai attendu longtemps avant d’écrire ce billet, afin de ne pas le faire sous le coup de la colère. Aujourd’hui, je le fais avec une tristesse résignée, en espérant n’avoir offensé personne.

Référence

Théodore Bourdeau, Les petits garçons, éditions Stock, 256 pages

16 commentaires sur « Les petits garçons – Théodore Bourdeau »

      1. Je reçois beaucoup de SP, et finalement,j’ai beaucoup moins de pression, et je lis davantage ce que j’ai envie de lire. Et puis, je prends aussi du recul avec les nouveautés; je suis moins boulimique, et cela me va !

        J'aime

          1. Moi aussi, je fais beaucoup plus le tri des SP qu’à une époque. Aujourd’hui, je refuse certaines propositions de SP ou bien je ne me force pas à choisir un SP parmi une liste si rien ne me dit. Il m’arrive quand même de ne pas apprécier ceux que j’ai choisis.

            J'aime

  1. Ce serait bien que tu expliques ce que tu n’as pas aimé… car chaque avis reste personnel, « les blogueurs littéraires » ça n’a rien d’une entité en principe (même si je comprends parfaitement ce que tu veux dire et que je ne peux te donner tort sur nombre de points) ; le problème, je pense, c’est la tendance à la surenchère des qualificatifs qui finissent par être vidés de leur sens alors qu’il existe dans la langue française tellement d’opportunités pour moduler ses enthousiasmes ou ses déceptions. Mais la forme prenant souvent le pas sur le fond, l’avis devient superficiel pourvu que l’image du livre soit vue. On peut parler d’un livre sans l’encenser ni le descendre, juste en disant ce qu’on y a trouvé. Personnellement c’est ce que j’aime faire, sans me sentir obligée d’attribuer des notes ou un nombre de cœurs…On est sensible ou pas à un univers, ceux qui lisent nos avis ne sont pas obligés de nous croire sur parole quand on dit c’est bien ou c’est mauvais…
    Pour en revenir à ces Petits garçons, si ce n’est pas le livre du siècle, il n’a rien non plus de scandaleux sur les tables des librairies et certains sont forcément sensibles à ce qu’il capte de l’air du temps, d’autres non. C’est comme ça.

    Aimé par 2 personnes

  2. Tout à fait de ton avis…… J’essaie moi aussi de rester totalement honnête dans mes avis et d’ailleurs ce n’est pas parce que moi je n’ai pas aimé que les autres ne l’aimeront pas….. Un peu de modestie…. Mais je reproche qu’il y a de plus en plus à la sortie des romans un engouement : tout est beau, magnifique, merveilleux et quand je pose les yeux dedans….. Ah oui bon bah non, pas pour moi…. 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s