D’os et de lumière – Mike McCormak

mccormak« debout dans la cuisine

à entendre cette cloche

me déchirer le coeur et

attirer le monde entier

être ici » (page 4)

Marcus Conway a une cinquantaine d’années. Seul dans sa maison, il se laisse porter au gré de ses pensées et souvenirs. Il raconte tout : sa femme et leur rencontre, ses enfants, son enfance, des anecdotes, des épisodes de sa vie, des particularités de ses proches, etc.

Voici la narration « domino » la plus impressionnante lue à ce jour. De ce fait, D’os et de lumière est très exigeant à lire : on passe d’un sujet-souvenir à un autre en l’espace d’une phrase et sans réelle transition. Non seulement ce n’est pas une lecture faite pour tous mais elle n’est pas non plus faite pour tous les contextes. Sans concentration, on s’y perd assez aisément. Même si cette narration a le grand mérite de fortement rythmer chaque page, je n’ai pas réussi à prendre le temps de me projeter dans chaque situation avant de passer à celle suivante.

D’os et de lumière a quelque chose de très poétique et rythmé, qui plaira à beaucoup de lectuers même si cela n’a pas fonctionné avec moi. Peut-être l’avez-vous lu et aimé d’ailleurs ?

Référence

Mike McCormak, D’os et de lumière, éditions Grasset, traduction de Nicolas Richard, 202 pages

Merci aux éditions Grasset pour cette découverte de Mike McCormak. 

2 commentaires sur « D’os et de lumière – Mike McCormak »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s