Adolphe – Benjamin Constant

adolphe 2« Qui que vous soyez, ne remettez jamais à un autre les intérêts de votre coeur ; le coeur seul peut plaider sa cause : il sonde seul ses blessures ; tout intermédiaire devient un juge ; il analyse, il transige, il conçoit l’indifférence ; il l’admet comme possible, il la reconnaît pour inévitable ; par là même il l’excuse, et l’indifférence se trouve ainsi, à sa grande surprise, légitime à ses propres yeux. »

 Adolphe est un jeune homme de la bourgeoisie au début du XIXème siècle. Influencé par son entourage, il se met à la quête d’une amante et finit par trouver un intérêt en Elléonore, la seule femme qui éveille sa curiosité. Elléonore est plus âgée que lui, elle est la compagne non officielle d’un grand aristocrate dont elle a deux enfants. Elle lui est très attachée et résiste tout d’abord aux avances d’Adolphe. Ces denrières se faisant plus pressantes, elle ne résiste pas à cette séduction et entre alors dans un engrenage qui ne sera que malheur et déceptions pour elle.

Alors même que la relation développée par Adolphe vis-à-vis d’Elléonore ne repose pas sur de l’amour, il n’arrive pas à rompre avec elle, de peur de lui causer du tort et de la blesser.

Benjamin Constant est connu pour avoir parfaitement raconté la manière dont une relation se désagrège, de façon condensée et très juste. Le narrateur étant Adolphe, le point de vue est nécessairement biaisé tout en étant particulièrement intéressant puisque celui-ci se reproche régulièrement son manque de courage pour mettre fin à une spirale dangereuse. Même si vous ne trouverez pas dans ce court roman de dialogues, la lecture est très fluide et très bien rythmée. Ne craignez pas de vous ennuyer dans un roman racontant quelque chose d’aussi spécifique. Vous serez toutefois probablement agacé par ce personnage et l’injustice de l’issue de cette histoire.

C’est un livre très fin et juste, que je viens de lire pour la troisième fois et dans lequel je trouve systématiquement quelque chose de nouveau. Finalement, l’histoire ne change pas, mais le lecteur peut percevoir de nouveaux éléments dignes d’intérêt et modelant sa perception de ce personnage.

Mon édition est plutôt ancienne mais je la recommande car elle présente un dossier très bien fourni et permettant d’analyser l’oeuvre, au regard notamment du contexte social de leur histoire amoureuse.

Référence

Benjamin Constant, Adolphe, éditions GF Flammarion, 223 pages

Un commentaire sur « Adolphe – Benjamin Constant »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s