Le livre de Dina 1 & 2 – Herbjorg Wassmo

WASSMO4

« Le chagrin, c’est les images qu’on ne peut pas voir, mais qu’il faut porter quand même. »

Dina est une toute petite fille lorsque sa mère décède tragiquement et accidentellement ébouillantée, de la faute de Dina. Elevée par un père qui la laisse vagabonder dans la nature, Dina est une enfant sauvage, qui ne connaît pas de cadre éducatif. Son père arrive à en faire un objet digne d’attention en lui inspirant sa passion pour le violoncelle. C’est d’ailleurs en jouant de cet instrument une fois adolescente que son futur mari tombe fou de désir pour elle. Son désir est tellement fort qu’il n’écoute pas la raison et épouse Dina alors même qu’elle est incapable d’assumer le rôle de maîtresse de maison que toute sa famille attend d’elle. Dina est une femme libre, qui n’est enfermée dans aucun carcan.

Herbjorg Wassmo raconte l’histoire parfois triste, d’autres fois heureuse mais toujours libre d’une femme norvégienne au XIXème siècle. A travers Dina, elle raconte la rudesse des hivers dans le Nord, la solidarité des familles riches pour accueillir des visiteurs innattendus, l’économie de la pêche, la vie à l’intérieur d’une maison selon la culture bourgeoise norvégienne.

J’avais été particulièrement séduite par ma première lecture de cette écrivaine, Cent ans. Cette saga m’a semblée plus inégale : certains passages peuvent être particulièrement lumineux, intenses et justes tout en côtoyant des phrases à la tournure suprenante, tranchant beaucoup avec le reste, comme si ce mélange de style n’était pas voulu. Il m’a été impossible de comprendre s’il s’agissait d’une difficulté de la traduction ou d’une volonté de l’écrivaine.

Quoiqu’il en soit, le style épouse parfaitement la transformation de Dina et devient peu à peu moins sauvage, plus ouvert et généreux. En ce sens, le premier tome m’a demandé de la persévérance car dans la mesure où Dina ne partage pas ses émotions, il est difficle de ressentir de la sympathie pour elle au début. Avec l’apprentissage de l’amour et la découverte du désir, elle devient femme et commence à se livrer au lecteur. En ce sens, le deuxième tome est probablement plus attachant et intéressant. Toutefois, cela n’a pas suffit à éveiller mon intérêt au point de me lancer dans la lecture du 3ème tome. Peut-être est-ce dû au fait que toute l’intrigue reposer sur un seul personnage pour lequel mon intérêt resta malgré tout limité ?

Référence

Herbjorg Wassmo, Le livre de Dina 1 & 2, éditions Gaïa

Un commentaire sur « Le livre de Dina 1 & 2 – Herbjorg Wassmo »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s