Ordinary People – Diana Evans

EVANS

« […] utilisant le « nous » au lieu du « je » pour se désigner. Dans la langue de leurs couples, le « je » était le pronom perdu. Ils parlaient d’eux-mêmes avec un nous de majesté, y associant leur partenaire et sous-estimant leur moi, de sorte que chacun se trouvait dilué dans un binôme indéfini. »

Melissa et Michael forment un couple parfait. Trentenaires, ils sont free-lance dans la presse et Responsable RSE. Ils viennent d’emménager dans une maison d’un quartier populaire de Londres, où faire grandir leur famille puisqu’ils attendent leur deuxième enfant.

Leur couple d’amis Stéphanie et Damian ont choisi de quitter Londres pour avoir une meilleure qualité de vie et se sont installés à 35 kilomètres de la capitale, où ils élèvent leur trois enfants.

Diana Evans nous fait entrer dans l’intimité de ces deux couples et décortique leur quotidien. Melissa et Michael sont en couple depuis de nombreuses années et ont tout du couple glamour : beaux, jeunes, un statut d’indépendante ou de cadre supérieur, une jeune famille, une nouvelle maison. Et pourtant, en grattant légèrement à la surface de ce beau portrait, on se rend rapidement compte qu’ils ne sont plus heureux ensemble. L’un et l’autre ne savent plus vivre sans se faire des reproches et leur distance grandissante est exacerbée par leur maison, qui constitue un terreau fertile à leurs engueulades.

« Michael avait déménagé sur le canapé à plein temps parce que la chambre parentale n’était plus assez grande pour accueillir la distance grandissante qui s’établissait entre eux. »

Leur maison, qui s’avère finalement être une mauvaise affaire, est en réalité le symbole de tous leurs dysfonctionnements. Mélissa ne supporte plus le statut d’indépendante, qui est loin d’être gage de liberté. Au contraire, cela l’enferme encore plus dans sa maison, où elle n’arrive pas à exercer convenablement son métier au milieu de ses enfants.

« La maison était une prison. Maudite maison ! »

Michael ne comprend plus Melissa et ne cherche pas à solutionner son mal-être. Il se sent lui-même pris au piège de sa situation confortable, qu’il ne peut se résoudre à quitter : comment vivrait-il, comment élèverait-il ses enfants s’ils devaient se séparer ? Ce sont notamment ces considérations matérielles qui le retiennent de trouver un autre bonheur.

« Tu ne crois pas que c’est un problème de perdre le contrôle de ce qu’on est vraiment, de la façon dont on fait les choses, de notre propre culture, lorsqu’on est en couple ? »

Quant à Melissa, elle ne supporte pas de voir la femme qu’elle est devenue : elle a perdu son individualité dans son couple et dans la maternité.

« La maternité est un anéantissement de soi, déclara-t-elle. »

Les questionnements et le mal-être de ce couple qui ne se parle plus et ne se comprend plus sont d’une justesse et d’une finesse tristement magnifiques. Leur couple d’amis Damian et Stéphanie interviennent dans le roman au deuxième plan, ou en posant d’autres questions qui m’ont moins marquée. Ordinary people décortique la vie d’un couple dans son quotidien et est donc nécessairement fait de nombreux dialogues, qui rythment parfaitement la narration. C’est un roman qui provoque nécessairement beaucoup de réflexion tout en étant très vivant. L’équilibre est parfaitement trouvé. A peine terminé, j’ai immédiatement eu envie de le relire, certaine d’y trouver encore d’autres sources de réflexion à chaque nouvelle lecture. Je vous recommande chaleureusement ce roman coup de coeur, qui m’a rappelé la finesse d’un James Salter ou d’un Benjamin Constant.

Référence

Diana Evans, Ordinary People, éditions Globe, traduction de Karine Guerre, 400 pages

4 commentaires sur « Ordinary People – Diana Evans »

  1. Je me suis ennuyée comme jamais….le lisant dans le cadre d’un club lecture, j’ai mis un point d’honneur à le terminer, espérant aussi une fin qui justifierait cet effort. Un raté complet, pas un livre pour moi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s