Sula – Toni Morrison

MORRISON

« A cet endroit, où on a arraché les mûriers et les vignes sauvages pour faire place au Golf municipal de Medallion, il y avait jadis un quartier. Il s’étalait sur les collines au-dessus de la vallée où était Medallion et descendait jusqu’au fleuve. Maintenant on appelle ça la banlieue, mais quand des Noirs y vivaient c’était le Fond. Une route ombragée par des chênes, des érables, des hêtres et des marroniers, reliait l’endroit à la vallée. Aujourd’hui les hêtres ont disparu, comme les poiriers où se perchaient les fleurs. »

Je ne me lasse pas du début de Sula, qui me remémore mes cours d’anglais au lycée. J’avais gardé de cette lecture en VO un souvenir bien particulier, celui d’une nostalgie, d’une atmosphère qui n’est plus, d’une enfance et d’une vie d’adulte libre, celle du personnage principal : Sula. Le décès de la grande écrivaine Toni Morrison cet été m’a donné envie de poursuivre ma découverte de son oeuvre et de relire ce petit chef-d’oeuvre qui me l’avait fait connaître.

Dans les années 1920, Nel et Sula sont deux petites filles qui grandissent dans une forme d’insouciance. Elles vivent dans un quartier pauvre et noir d’une ville de l’Ohio, où elles s’épanouissent avec les ans. A travers leurs yeux et leurs jeux, Toni Morrison écrit l’atmosphère de cet endroit qui a été rasé par les blancs des décennies plus tard. Il y a une langueur et une nostalgie très poétiques dans Sula, et que je n’ai encore jamais trouvé ailleurs dans la littérature.

Outre la poésie de ce court texte, j’en retiens également sa très grande force : celle de Sula. Quelle femme puissante ! Sula est une petite fille intrépide, mais qui aime plaire. Elle joue de ses atouts, de son corps et de sa capacité de séduction en permanence. Alors que Nel fonde une famille, Sula part étudier et vivre loin des siens. Après plusieurs années d’une vie libre, elle revient près de sa famille et personne ne voit son indépendance d’un bon oeil. La liberté de Sula est incomprise et elle est perçue en quelque sorte comme une sorcière des années 1920.

 Sula est très certainement le roman que je recommanderais en premier à toute personne désireuse de découvrir Toni Morrison, car on y trouve à la fois les thèmes qui lui sont chers (les femmes, la liberté, la culture afro-américaine, le racisme) et la langue poétique que j’aime tant. D’ailleurs, si vous le pouvez, je vous recommande de lire Sula en VO, c’est encore plus savoureux.

Référence

Toni Morrison, Sula, éditions 10/18, 192 pages

2 commentaires sur « Sula – Toni Morrison »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s