Girl – Edna O’Brien

OBRIEN3

En 2014 au Nigéria, Boko Haram enlève un groupe de jeunes filles au sein de leur lycée. Elles sont kidnappées pour servir d’épouses et pour être prostituées auprès des soldats djihadistes. Edna O’Brien créé le personnage d’une de ces lycéennes et lui fait raconter son histoire tragique. Après avoir vécu des semaines d’humiliations, de viols, de faim, de violences, elle est mariée à un jeune soldat. Peu de temps après leur mariage, ils ont un enfant qu’elle appelle Baby et elle ne peut s’empêcher d’espérer réussir à s’enfuir un jour. Lorsque ce jour vient, elle part avec Baby dans la nature et rien ne l’arrête. Elle est guidée par un sens de la survie et la puissance de la volonté de retrouver les siens.

La narration à la première personne des premières semaines du kidnapping est particulièrement saisissante et glaçante de par son réalisme et l’extrême violence racontées du point de vue de cette jeune fille victime. Edna O’Brien ne ménage pas son lecteur pour raconter la cruauté des soldats. Certaines scènes sont souvent insoutenables de barbarie et le lecteur n’a aucun répit entre celles-ci, qui s’enchaînent sans cesse.

Alors que le début du roman m’a glacée d’effroi par son réalisme, j’ai eu beaucoup plus de difficultés à suivre la suite de l’histoire de la narratrice. Pendant ce qu’on peut estimer être plusieurs semaines, elle erre dans la nature, à la recherche de son village. Elle essaie de maintenir en vie sa petite fille. J’ai eu beaucoup de mal à visualiser ces scènes, au point de régulièrement devoir relire plusieurs fois des passages pour les comprendre -en vain. A partir de cette fuite, j’ai décroché de Girl, et j’ai dû me forcer pour en lire avec attention chaque passage jusqu’à la fin.

C’est un roman qu’il m’est difficile de recommander pour cette raison, mais aussi parce que son début extrêmement réaliste peut le rendre difficilement accessible à certains lecteurs. J’aurais donc tendance à vous conseiller de passer votre chemin.

Référence

Edna O’Brien, Girl, éditions Sabine Wespieser, traduction de Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat, 256 pages

4 commentaires sur « Girl – Edna O’Brien »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s