Chavirer – Lola Lafon

Dans les années 1980, Cléo est une adolescente ordinaire, passionnée de danse. Elle espère pouvoir percer dans ce domaine très compétitif et en faire son métier. Ainsi, lorsqu’une femme l’aborde à l’issue d’un cours de danse, pour lui proposer de candidater au sein d’une fondation qui pourra l’aider à devenir une danseuse reconnue, elle mord à l’hameçon. Cléo est immédiatement séduite par les promesses de gloire et par les magnifiques cadeaux que lui fait cette femme, sans prendre garde. Elle entre ainsi, petit à petit, dans un réseau de pédocriminalité dont elle a beaucoup de mal à sortir, au point d’en devenir un rouage à part entière. En effet, Cléo devient « recruteuse » de jeunes collégiennes pour la « fondation », ce qui lui offre à la fois des revenus mais aussi l’espoir de bénéficier des aides de celle-ci dans sa quête de reconnaissance.

Une trentaine d’années plus tard, une enquête policière est lancée concernant un réseau mêlant escroquerie et prédocriminalité. Des témoins sont recherchés pour nourrir l’enquête et débusquer les anciens responsables et membres de la dite « fondation ».

J’ai dévoré ce roman à une vitesse folle, me laissant entièrement engloutir dans cette histoire particulièrement réaliste et jamais voyeuriste. De la même manière que Cléo se fait aspirer par la « fondation » et que l’engrenage se met en route sans jamais s’arrêter, j’ai ressenti cet effet « rouleau compresseur » en tant que lectrice : impossible de reposer le livre, j’étais sous l’emprise de cette histoire. Au-delà de l’histoire en tant que telle et des personnages, le rythme de l’écriture de Lola Lafon y est certainement pour beaucoup : on a le sentiment que tout s’enchaîne avec une fluidité et une rapidité déconcertantes, probablement grâce à un dosage parfait entre narration et dialogues. Petit à petit, de plus en plus de personnages viennent étoffer le roman. Ils apportent tous une touche utile même si leur nombre ne me permettra pas de me souvenir de tous.

Une fois de plus (comme pour La petite communiste qui ne souriait jamais), Lola Lafon excelle à raconter le corps des femmes, que ce soit à travers cette tragédie de pédocriminalité mais aussi et surtout à travers la passion de Cléo pour la danse. Les chapitres sur sa vie d’adulte en tant que danseuse professionnelle sont passionnants. On y découvre des vérités que l’on soupçonnait, à savoir la précarité de ce métier mais aussi les souffrances physiques qu’il engendre.

Tout m’a absolument plu dans Chavirer et je ne saurais pas trouver un quelconque bémol. Je pense qu’il est à la portée de tous et plaira autant à des lecteurs occasionnels qu’à de grands lecteurs. Voici une belle pépite de cette rentrée littéraire.

Référence

Lola Lafon, Chavirer, éditions Actes Sud, 352 pages

6 commentaires sur « Chavirer – Lola Lafon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s