Arsène Lupin, Gentleman cambrioleur – Maurice Leblanc

Qui n’a jamais entendu parler d’Arsène Lupin ? Faut-il présenter ce personnage de la littérature policière ? Même si je le connaissais, je n’en avais encore jamais lu une seule aventure jusqu’à présent. Quel dommage ! Sur les conseils de @clairethefrenchbooklover, j’ai donc commencé ma découverte avec ce roman ou devrais-je dire ce recueil de nouvelles ?

Ce cambrioleur oeuvre à Paris et en Normandie, au début du XXème siècle. Il a un talent particulier pour le déguisement, et sait ainsi suffisamment bien se maquiller, s’habiller et singer des manières d’être, pour qu’on ne le reconnaisse jamais. Il peut ainsi commettre ses méfaits au nez et à la barbe de tous, avec parfois une certaine moquerie pour ceux qui se font dûper. Au-delà du fait qu’il sait se fondre dans la haute société pour mieux préparer ses coups, il a un don hors du commun pour inventer des énigmes les plus recherchées.

Dans Arsène Lupin, Gentleman cambrioleur, Maurice Leblanc fait parler l’un des proches d’Arsène Lupin, qui est dans la confidence de son identité. Celui-ci tient donc le rôle de narrateur et s’amuse particulièrement à raconter les aventures de son ami. Chaque chapitre peut ainsi se lire comme une histoire à part entière (une nouvelle ?), avec ses propres personnages, son intrigue, ses rebondissements et sa conclusion. A chaque chapitre, je me suis laissée emportée par l’intrigue, me demandant toujours ce que Maurice Leblanc allait bien pouvoir inventer pour suprendre son lecteur. J’ai plus particulièrement aimé les aventures dans lesquelles Arsène Lupin annonce à l’avance à un bourgeois qu’il va le cambrioler et une autre dans laquelle il est emprisonné et annonce à tous qu’il n’assistera pas à son procès.

Voici donc un vrai page-turner, très accessible et idéal lorsque l’on a des plages de lecture réduites et peu de disponibilité d’esprit. C’est particulièrement réconfortant et gratifiant de lire Arsène Lupin car on y prend plaisir à chaque chapitre, qui dure environ une vingtaine de minutes. Bref, ce fut un vrai coup de coeur, que je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt et pour lequel je n’ai absolument aucun bémol ! Aucun ? Si, peut-être qu’il n’y a pratiquement aucun personnage féminin, quel dommage !

Référence

Maurice Leblanc, Arsène Lupin, Gentleman cambrioleur, 192 pages

2 commentaires sur « Arsène Lupin, Gentleman cambrioleur – Maurice Leblanc »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s