Mon bilan de septembre

Après un passage à la médiathèque, je me suis plongée de nouveau dans quelques bandes-dessinées. Cela faisait longtemps et ça fait du bien !

Un coup de coeur ?

Malheureusement, non. J’ai fait de très belles découvertes mais soit il m’a manqué quelque chose, soit il y avait trop de violence pour que cela se transforme en coup de coeur.

Mes belles lectures

Mes abandons et déceptions

Lectures en cours et à venir

Publicités

Betty Boob – Véro Cazot & Julie Rocheleau

BETTYBOOB2Afin de soigner Elizabeth d’un cancer de son sein gauche, elle doit subir une mastectomie. A son retour au domicile, elle tente tant bien que mal de se réapproprier son corps et sa féminité. Elle fait face au désarroi de son conjoint et aux remarques irrespectueuses de son employeur, jusqu’au jour où elle décide de tout quitter pour se développer dans un nouveau milieu, celui du spectacle burlesque.

Au sein de la troupe qui travaille sur une péniche parisienne, elle se réapproprie ce corps dont elle avait honte, réapprend à s’aimer et tombe amoureuse.

Les dessinatrice/scénariste savent utiliser suffisamment d’humour pour traiter de la thématique de la maladie et de la reconstruction avec légèreté et douceur. Le travail artistique autour des couleurs est particulièrement réussi et donne à la BD beaucoup de vie, paradoxalement au sujet traité.

Bien que j’ai apprécié ces touches d’humour, je n’ai pas eu le coup de cœur auquel je m’attendais, alors même que je Lire la suite de « Betty Boob – Véro Cazot & Julie Rocheleau »

Paroles d’honneur – Leïla Slimani & Laetitia Coryn

IMG_20171008_160938_807En 2015, Leïla Slimani est en pleine promotion de son premier roman, Dans le jardin de l’ogre. Dans ce roman, elle raconte l’histoire triste d’une jeune femme qui souffre de nymphomanie. Sa promotion du livre au Maroc suscite des débats et l’amène à faire la connaissance de Nour, qui lui raconte le tabou de la sexualité au Maroc.

Nour parle à la fois de ses propres expériences mais aussi de celles de ses amies. Elle raconte l’impossibilité d’avoir une relation amoureuse équilibrée, où les deux parties puissent être sur un pied d’égalité. L’hypocrisie autour de la sexualité fait que les femmes qui ont des relations sexuelles avant le mariage sont vues comme des prostituées alors même que le fait que beaucoup d’hommes voient des prostituées ne choque personne.

 

De cette très forte tension entre la sexualité rêvée par les individus et la rigidité de la religion naissent des violences tant physiques (souffrance émotionnelle, violences domestiques, viol…) que symboliques (inégalités entre les hommes et les femmes, tabou autour du corps féminin…). Leïla Slimani écrit à la manière d’une enquêtrice, ce récit se situant à la frontière entre l’essai et l’enquête sociologique. Elle se met en retrait pour laisser ses interlocutrices s’exprimer. Lire la suite de « Paroles d’honneur – Leïla Slimani & Laetitia Coryn »

Louis parmi les spectres – Isabelle Arsenault et Fanny Britt

Louis est un petit garçon triste. Il est tiraillé entre son père et sa mère, qui se sont séparés à cause de la maladie de son père, qui est alcoolique. Louis exprime peu ses sentiments, il est plein de solitude et de nostalgie pour les années que l’on devine heureuses lorsque ses parents n’étaient pas séparés et que son père ne buvait pas.

« J’ai fermé les yeux très fort, pour me boucher les oreilles. » (page 81)

Les couleurs d’Isabelle Arsenault reflètent parfaitement l’état des émotions de Louis : elle utilise ainsi toute sa palette de couleur, allant du noir et blanc aux couleurs les plus vives. Les dessins sont d’une grande douceur et poésie. L’association d’Isabelle Arsenault et Fanny Britt est une réussite, une fois de plus. On retrouve la capacité de la dessinatrice et de la scénariste à mettre en histoire tous les non-dits au sein d’une famille.

Voici de nouveau un magnifique album, qui n’est pas destiné qu’aux adultes. Je continuerai à suivre cette grande dessinatrice avec plaisir.

 

Référence

Isabelle Arsenault et Fanny Britt, Louis parmi les spectres, éditions La Pastèque, 160 pages

bd_de_la_semaine_pti_black

Culottées 2 – Pénélope Bagieu

Quel est le point commun de Cheryl (athlète marathonienne), Sonita (jeune rappeuse afghane), Phulan (reine des bandits indienne), Peggy Guggenheim (grande mécène d’art moderne) et des 11 autres femmes racontées dans cette BD ?

Ce sont des femmes à la vie peu ordinaire et mouvementée mais ce sont surtout des femmes qui ne se laissaient pas marcher sur les pieds et faisaient leurs propres choix de vie. Des femmes culottées !

Sur le même concept que dans le tome 1, Pénélope Bagieu raconte en quelques pages l’histoire incroyable de chacune de ces femmes, en usant de tout l’humour qu’on lui connaît. J’ai autant aimé ce second tome que le premier et j’ai encore une fois adoré découvrir les vies de ces femmes dont on n’entend malheureusement pas suffisamment parler. Lire la suite de « Culottées 2 – Pénélope Bagieu »

Bibliomaniacs #38

Envie de remonter le temps ? et même de voyager à bord d’un vaisseau spatial ? Pour notre 38ème émission des Bibliomaniacs, nous vous faisons remonter le temps. Prenez garde au déphasage temporel et aux incongruités historiques qui pourraient survenir !

Nous vous parlons de :

  • L’homme qui mit fin à l’Histoire de Ken Liu
  • La guerre éternelle de Joe Haldeman
  • Sans parler du chien de Connie Willis

N’hésitez pas à nous laisser des message sur le site de l’émission ou sur Facebook, ça nous fait toujours plaisir !

La guerre éternelle – Haldeman & Marvano

guerreeternelle_intDes hommes sont partis dans l’espace, afin de coloniser des planètes lointaines. Près de la constellation du Taureau, l’un des vaisseaux des colons est attaqué ; des femmes et des enfants périssent. Un nouvel ennemi est déclaré : les Taurans. Pour protéger les humains contre cet ennemi étranger inconnu et effrayant, un corps militaire spécial est créé : une sorte d’armée de l’ONU pour l’exploration spatiale. 50 hommes et 50 femmes constituent l’élite de cette armée ; ils ont été choisis pour leur haut QI et leur excellente condition physique.

William Mandella fait partie de ce corps militaire d’élite et raconte son quotidien dans cette guerre dont il ne voit pas la fin : le casus belli, l’enrôlement, la préparation militaire, les combats, les pertes humaines, la célébration des héros…

« J’ai le sentiment qu’il va y avoir encore beaucoup de morts, beaucoup de chagrin… » (page 76)

Cette adaptation BD du roman de Joe Haldeman commence par un avant-propos particulièrement intéressant. Celui-ci est à lire avant de débuter la BD, afin de faciliter l’analyse comparative de celle-ci. Dans l’avant-propos, Joe Haldeman explique comment il en est venu à écrire ce roman et dans quel but. Lorsqu’il est revenu de la guerre du Vietnam, il a très rapidement ressenti le besoin d’écrire sur cette expérience traumatisante, ce qu’il fit. Lire la suite de « La guerre éternelle – Haldeman & Marvano »

L’arabe du futur (1978-1984) – Riad Sattouf

arabe_c1-hautedefRiad Sattouf est le fils d’une bretonne et d’un syrien, élevé entre la France, la Libye et la Syrie. Ses parents se sont rencontrés en France, lorsque son père était étudiant en doctorat. Après la naissance de leur fils, ils partent vivre en Libye, où il a accepté un poste de professeur. Ils y découvrent un pays sous la dictature de Kadhafi, avant de vivre sous celle de Al-Assad en Syrie. Panarabiste, le père de Riad voit de façon positive ces dictatures et considère que le peuple doit être éduqué avec autorité.

Riad Sattouf raconte donc ses années d’enfance entre ces pays : découverte de sa famille paternelle en Syrie, expériences scolaires et amicales traumatisantes, souvenir des odeurs et des goûts de son enfance…  Lire la suite de « L’arabe du futur (1978-1984) – Riad Sattouf »

Les crocodiles – Thomas Mathieu

crocodilesThomas Mathieu est à l’origine un dessinateur-blogueur qui postait sur son blog et sous la forme de dessins des histoires vécues par les femmes de son entourage. Il se servait de ce média pour dénoncer le harcèlement quotidien et banalisé que subissent beaucoup de femmes.

Dans Les crocodiles, il compile tous les dessins qu’il a réalisés sur son blog nommé « Projet crocodiles ». Sous ce titre, il veut montrer que n’importe quel homme peut constituer un prédateur aux yeux d’une femme, mais également que certaines femmes usent des mêmes mots et attitudes que ces prédateurs sans nécessairement en avoir conscience.

Plus de la moitié de la BD est ainsi constituée de récits de harcèlement particulièrement choquants, qui se déroulent très souvent dans la rue ou les transports en commun mais aussi dans des espaces privés (soirée, cercle familial…). En dessinant les hommes sous la forme de crocodiles, le lecteur prend immédiatement conscience de l’appropriation masculine de l’espace public. La force de cette BD et de ce « concept » est de visualiser en un coup d’œil cette violence, qu’elle soit physique ou symbolique.

La deuxième partie de la BD propose des solutions de réaction et de réponse dans des situations de harcèlement, Lire la suite de « Les crocodiles – Thomas Mathieu »