Géopolitique du moustique – Erik Orsenna

IMG_20170617_092332_970Les moustiques sont une illustration très parlante et concrète de la mondialisation : ils sont présents partout dans le monde mais ne causent pas les mêmes dégâts dans les régions où on les trouve. Le moustique est un insecte qui a tout compris du manuel de survie dans une ère globalisée : il est petit, mange de tout, habite partout, se reproduit à une vitesse folle, est sociable et aime la diversité. Il s’adapte donc à tout pour survivre.

Le problème est que le moustique est l’être vivant qui tue le plus sur Terre : il est le vecteur d’un nombre impressionnant de maladies (chikungunya, paludisme, Zika, fièvre jaune, fièvre japonaise, dengue…). Le paludisme à lui seul tue plus de 400 000 personnes chaque année. Lire la suite de « Géopolitique du moustique – Erik Orsenna »

La marche du cavalier – Geneviève Brisac

54142_couverture_hres_0Geneviève Brisac parle des écrivaines qu’elle aime. Elle raconte certains de leurs romans et ce qui l’a touchée dans leurs personnages, leur façon d’écrire et de raconter. Elle parle essentiellement d’écrivaines dont je n’avais personnellement jamais entendu parler (Grace Perley, Ludmila Oulitskaïa, Flannery O’Conner, etc.).

Dans « l’introduction » de cet essai, se trouve une question très intéressante, cachée au milieu d’un nombre considérable de grandes considérations sociales et politiques parfaitement vagues  (et dont on peut légitimement douter de la valeur) :

« Y a-t-il une littérature féminine ? » (page 11)

Lire la suite de « La marche du cavalier – Geneviève Brisac »