Adolphe – Benjamin Constant

adlophe« Qui que vous soyez, ne remettez jamais à un autre les intérêts de votre coeur ; le coeur seul peut plaider sa cause : il sonde seul ses blessures ; tout intermédiaire devient un juge ; il analyse, il transige, il conçoit l’indifférence ; il l’admet comme possible, il la reconnaît pour inévitable ; par là même il l’excuse, et l’indifférence se trouve ainsi, à sa grande surprise, légitime à ses propres yeux. »

 Adolphe est un jeune homme de la bourgeoisie au début du XIXème siècle. Influencé par son entourage, il se met à la quête d’une amante et finit par trouver un intérêt en Elléonore, la seule femme qui éveille sa curiosité. Elléonore est plus âgée que lui, elle est la compagne non officielle d’un grand aristocrate dont elle a deux enfants. Elle lui est très attachée et résiste tout d’abord aux avances d’Adolphe. Ces denrières se faisant plus pressantes, elle ne résiste pas à cette séduction et entre alors dans un engrenage qui ne sera que malheur et déceptions pour elle. Lire la suite de « Adolphe – Benjamin Constant »

Publicités

Bibliomaniacs Episode 61

Je me rends compte que je n’ai fait aucun article pour parler du 61ème épisode des Bibliomaniacs, alors même qu’il s’agit d’un enregistrement très particulier pour nous. Mea culpa ! Nous avons l’immense honneur d’enregistrer le podcast avec David Foenkinos. Nous avions choisi ensemble deux titres et mis à l’affiche un troisième titre qu’il n’avait pas encore lu.

C’est avec plaisir que nous avons découvert dans l’intimité de son appartement cet écrivain que j’apprécie beaucoup et donc j’avais adoré Charlotte. Nous avons discuté des livres suivants :

  • Un homme de Philip Roth
  • L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera
  • Doggerland d’Elisabeth Filhol

J’espère que cette émission avec un invité vous plaira, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.

Un homme – Philip Roth

ROTH4

Cet homme, qui constitue le personnage principal de Philip Roth, est décédé. Il est enterré par sa famille élargie, composée de trois épouses et de trois enfants. Alors que certains ont beaucoup de ressentiment pour lui, d’autres le pleurent sincèrement.

Il fut un grand nom dans le monde de la publicité, où il s’apanouit et s’enrichit jusqu’à sa retraite, qu’il passa dans une résidence pour personnes âgées sur la côte Atlantique. La publicité fut un métier qui lui convenait parfaitement, lui qui ne savait pas concevoir une relation avec une femme en dehors de l’acte de séduction.

Il est plutôt aisé de passer outre les aspects agaçants de la personnalité de cet homme qui cumule les conquêtes et trompe constamment ses épouses. En effet, le reste du roman et du vécu de cet homme sont non seulement intéressants mais racontés avec justesse. Lire la suite de « Un homme – Philip Roth »

L’insoutenable légèreté de l’être – Milan Kundera

KUNDERA2

Tomas exerce la profession de médecin à Prague à la fin des années 1960. Il est heureux de sa situation : il vit plusieurs relations amoureuses, fait facilement des conquêtes et ne se sent pas attaché à l’une de ces femmes. Il perd cette insouciance le jour où il décide d’épouser Tereza. Tereza est une jeune femme à qui il fit découvrir la vit à Prague et dont il tomba amoureux. Mais cet amour ne l’empêchait pas de poursuivre ses autres relations amoureuses, et notamment celle avec Sabina.

Milan Kundera raconte ce trio amoureux sur fond de guerre froide, puisque les trois personnages principaux durent quitter leur vie à la fin du Printemps de Prague, pour s’établir en Suisse. Ils finirent tout de même par regagner la République Tchèque, Tereza ne supportant pas de vivre loin de son pays.

J’étais particulièrement heureuse de relire ce chef-d’oeuvre Lire la suite de « L’insoutenable légèreté de l’être – Milan Kundera »

Mon bilan de mai

Mon mois de mai marque le début d’une nouvelle aventure littéraire : grâce à ma petite bibliothèque, je vais participer au jury du Prix des lecteurs de littératures européennes de Cognac. En 2019, le livre est consacré à la littérature néerlandaise ou de langue néerlandaise. D’ici l’automne, je vais donc livre les cinq livres sélectionnés pour le prix, afin d’identifier mon chouchou. J’ai commencé fort, avec la lecture de Le coeur converti de Stefan Hertmans, qui m’a absolument passionnée, et qui constitue mon coup de coeur du mois de mai.

Comme bien souvent, j’ai lu quelques ouvrages tournant autour de l’Histoire américaine, ce qui m’intéresse toujours autant.

Mon coup de coeur

HERTMANS.jpg

Mes jolies lectures

Mes déceptions & abandons

Lectures en cours et à venir

Le silence de la mer (et autres récits) – Vercors

vercors2Pendant l’Occupation allemande, un jeune soldat allemand candide et plein d’idéaux est logé au sein d’un foyer français. Tous les soirs, il rejoint le maître des lieux et sa nièce, qui l’écoutent et le regardent sans dire un mot. Voilà leur manière de résister : ne pas fraterniser avec l’ennemi, garder leur honneur. Vercors se contente d’observer ces deux français et de raconter leurs réactions. Ils ne disent rien et pourtant cette nouvelle est très dense. On y voit notamment l’évolution de la pensée du soldat, qui se rend compte de l’horreur de la doctrine en laquelle il croyait mais qu’il ne peut se résoudre à trahir. Vercors montre également l’évolution des sentiments de la jeune fille, qui fait malgré tout le choix de sa patrie. Ce texte est une superbe leçon d’écriture, où en une cinquantaine de pages Vercors donne une magnifique leçon sur le fameux « show it don’t tell ». Lire la suite de « Le silence de la mer (et autres récits) – Vercors »

Bibliomaniacs – Episode 60

Nous voici de retour avec un nouvel épisode de notre podcast littéraire, et de très belles lectures :

  • Cent ans de Herbjorg Wassmo chez Gaïa
  • Le silence de la mer de Vercors au Livre de Poche
  • Cristallisation secrète de Yoko Ogawa chez Actes Sud

Très bonne écoute !

Bibliomaniacs – Episode 58

Voici un épisode un peu particulier pour moi car je n’ai malheureusement pas pu participer à son enregistrement. C’était vraiment dur à admettre car ce 58ème épisode marquait les 5 ans des Bibliomaniacs et son affiche était vraiment top ! Les copines ont parlé des livres suivants :

  • « Les heures rouges » de Leni Zumas, traduit par Anne Rabinovitch, publié aux Presses de la Cité, 408 pages.
  • « Tess d’Uberville » de Thomas Hardy, publié au Livre de Poche, traduit par Madeleine Rolland, 474 pages.
  • « Moi ce que j’aime c’est les monstres » d’Emil Ferris, publié chez Monsieur Toussaint Louverture, 416 pages

Il n’y a que le dernier livre que je n’ai pas lu, faute d’ouverture d’esprit : en le feuilletant, j’ai fait un blocage sur les dessins. Lorsque je lis une BD, il est important que je puisse me sentir à l’aise avec le graphisme et ce n’était pas le cas. Je pense que je me serais peut-être forcée avec une BD plus courte mais cette lecture me semblait vraiment trop ambitieuse.

Voici le lien pour aller l’écouter.

Le tour d’écrou – Henry James

JAMES2Une jeune gouvernante raconte dans son journal intime son expérience au sein d’une maison anglaise, où elle eut pour tâche de s’occuper de deux orphelins, Flora et Miles. Miles s’étant fait renvoyer de son école privée, elle dut s’occuper de son éducation, sans savoir précisément quelle faute il avait commise, mais tout en se doutant d’une problématique de comportement.

Elle se rend rapidement compte qu’il se passe des choses étranges, surnaturelles, le jour où elle assiste à l’apparition de fantômes dans la propriété. Elle ne souhaite pas déranger l’oncle des enfants, le maître des lieux, qui vit à Londres. Elle souhaite toutefois tout faire pour aider les enfants.

Avec beaucoup de malice, Henry James piège son lecteur dans une histoire de fantômes dont il est impossible de sortir sans être allé jusqu’au bout. Je suis particulièrement friande de ces romans qui commencent par des introduction sous la forme de mystérieuses scènes de journal intime retrouvé. Dès les premières pages, Lire la suite de « Le tour d’écrou – Henry James »

Biblimaniacs – L’émission de janvier 2019 est en ligne !

Pour ce début d’année 2019, nous avons enregistré une émission que j’ai beaucoup aimé préparer. Non seulement cela m’a permis de découvrir Henry James, que je n’avais jamais lu, mais mon envie de voyager en Ecosse a été ravivée par le gros coups de coeur eu en lisant Peter May.

L’émission de janvier est disponible ici mais aussi sur iTunes, Deezer et Spotify.

Bonne écoute !