Mon bilan de juin

Quel mois riche en littérature ! Non pas tellement parce que j’aurais beaucoup lu mais parce que j’ai eu la chance d’enregistrer un épisode de notre podcast avec David Foenkinos, qui nous a fait passer un excellent moment.

Je me suis plongée dans le dernier roman de Delphine de Vigan et j’ai commencé à renouer avec elle. J’ai adoré l’adaptation BD du grand classique de Harper Lee. J’ai découvert -très tardivement, certes- Fred Vargas avec Pars vite et reviens tard, et comme je regrette de ne pas l’avoir découverte plus tôt…

Je me suis lancée dans l’aventure du Prix des lecteurs de littératures européennes avec ma bibliothèque. J’ai fondu pour le magnifique roman d’aventure, d’amour, d’Histoire de Stefan Hertmans : Le coeur converti. Comme il mérite de gagner ce prix !

Mes coups de coeur

Mes autres belles lectures

Lectures en cours et à venir

Publicités

Bibliomaniacs Episode 61

Je me rends compte que je n’ai fait aucun article pour parler du 61ème épisode des Bibliomaniacs, alors même qu’il s’agit d’un enregistrement très particulier pour nous. Mea culpa ! Nous avons l’immense honneur d’enregistrer le podcast avec David Foenkinos. Nous avions choisi ensemble deux titres et mis à l’affiche un troisième titre qu’il n’avait pas encore lu.

C’est avec plaisir que nous avons découvert dans l’intimité de son appartement cet écrivain que j’apprécie beaucoup et donc j’avais adoré Charlotte. Nous avons discuté des livres suivants :

  • Un homme de Philip Roth
  • L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera
  • Doggerland d’Elisabeth Filhol

J’espère que cette émission avec un invité vous plaira, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.

Un homme – Philip Roth

ROTH4

Cet homme, qui constitue le personnage principal de Philip Roth, est décédé. Il est enterré par sa famille élargie, composée de trois épouses et de trois enfants. Alors que certains ont beaucoup de ressentiment pour lui, d’autres le pleurent sincèrement.

Il fut un grand nom dans le monde de la publicité, où il s’apanouit et s’enrichit jusqu’à sa retraite, qu’il passa dans une résidence pour personnes âgées sur la côte Atlantique. La publicité fut un métier qui lui convenait parfaitement, lui qui ne savait pas concevoir une relation avec une femme en dehors de l’acte de séduction.

Il est plutôt aisé de passer outre les aspects agaçants de la personnalité de cet homme qui cumule les conquêtes et trompe constamment ses épouses. En effet, le reste du roman et du vécu de cet homme sont non seulement intéressants mais racontés avec justesse. Lire la suite de « Un homme – Philip Roth »

Joe Shuster, un rêve américain – Julian Voloj & Thomas Campi

superman2

Joe Shuster est le père de Superman. Passionné de dessin depuis sa jeunesse, il a dévoré les BD américaines au temps où celles-ci s’appelaient des « funnies ». A la fin des années 1930, il a dessiné lesaventures du personnages de Superman et avec son grand ami Jerry Siegel (le scénariste du Comics), ils en ont fait un phénomène littéraire et commercial. Les deux amis ont eu énormément de difficultés à vendre cette histoire et ont fini par la vendre sans prêter attention aux conditions contractuelles. Ainsi, ils ont cédé leurs droits sans s’en rendre compte et lorsqu’ils devinrent gênants pour leur éditeurs, ils perdirent tout : leur revenus, leur statut social et leur passion de dessiner leur héros. Par la suite, ils n’arrivèrent jamais à créer un nouveau succiès avec l’un de leurs autres comics.

Je me suis très facilement passionnée pour cette BD. Son style m’a immédiatement plu Lire la suite de « Joe Shuster, un rêve américain – Julian Voloj & Thomas Campi »

Une éducation – Tara Westover

WESTOVER3

Tara Westover est née en 1986 dans une famille mormone ultra-radicale. Elevée au milieu des montagnes de l’Idaho, elle n’eut pas le droit d’aller à l’école. Son père était convaincu d’un complot du gouvernement, ayant infiltré les fonctions médicales et scolaires. A la place, elle reçut une éducation domestique, qui consistait à travailler pour son père dans leur féraillerie et à risquer sa santé et sa vie à tout moment.

Entourée de ses nombreux frères et soeurs, elle subit les violences de l’un d’entre eux quant un autre lui ouvrit l’esprit en lui faisant découvrir la musique gospel. Ses rares petits bonheurs sont ses moments d’écoute de la musique avec son frère ou de lecture. Petit à petit, elle finit par s’éloigner de son père et de son frère et elle comprend que son seul moyen pour cela est d’entrer à l’université. Elle dut faire preuve d’une abnégation et d’une force d’esprit phénoménales : à 16 ans, elle réussit les concours d’entrée alors même qu’elle n’était jamais allée à l’école.

Ce récit autobiographique est à la fois d’une noirceur profonde tout en étant très solaire. Lire la suite de « Une éducation – Tara Westover »

Devenir – Michelle Obama

OBAMA2« Votre histoire vous appartient, et elle vous appartiendra toujours. A vous de vous en emparer. » (page 11)

J’attendais la sortie en France des mémoires de Michelle Obama avec impatience et j’ai pourtant pris mon temps pour lire ce gros pavé de plus de 500 pages. Non pas qu’il ne me plaisait pas, au contraire, puisque cette lecture fut un coup de coeur. Mais engagée dans de nombreuses autres lectures que je devais terminer, notamment pour les Bibliomaniacs, j’étais contrainte de poser régulièrement ce livre. Et à chaque fois que je me suis replongée dedans, ce fut avec une grande facilité et beaucoup de plaisir.

Michelle Obama raconte d’abord son enfance dans le sud de Chicago : une enfance heureuse, entourée de sa famille. Elle grandit dans un quartier populaire, consciente des difficultés financières de ses parents et raconte ses années de jeunesse sans auto-apitoiement. J’ai aimé la sobriété et la sincérité qui se dégagent Lire la suite de « Devenir – Michelle Obama »

Bibliomaniacs – Episode 59

Je suis particulièrement enchantée de ce 59ème épisode des Bibliomaniacs car ce programme est passionnant : émancipation féminine, éducation, famille, relation maternelle et paternelle… Nous y parlons notamment de :

  • Une éducation de Tara Westover chez JC Lattès
  • L’empreinte d’Alexandria Marzano-Lesnevich chez Sonatine
  • Lucy in the sky de Pete Fromm chez Gallmeister (poche Totem)

Pour l’écouter, vous pouvez le télécharger sur notre site ou bien utiliser Deezer, Spotify ou iTunes. Et surtout, pensez à attribuer plein d’étoiles à notre podcast sur iTunes, cela nous permettra de mieux le faire connaître et donc de donner envie de lire à encore plus de lecteurs.

Bonne écoute !

L’empreinte – Alexandria Marzano-Lesnevich

Marzano Lesnevich3« Le travail de la justice consiste à déterminer la source de l’histoire, afin d’assigner les responsabilités. La cause adéquate est la seule qui compte vraiment du point de vue de la loi. La seule qui fait que l’histoire est ce qu’elle est. » (page 9)

Alexandria Marzano-Lesnevich choisit de réaliser son premier stage de droit dans un cabinet d’avocats qui défend des personnes risquant la peine de mort. Lors de son premier jour de stage, elle découvre l’histoire d’un client du cabinet, celle de Ricky Langley, qui a 26 ans en 1992 quand il tue Jeremy Guillory, un petit garçon de 6 ans. Alexandria Marzano-Lesnevich raconte l’histoire familiale de Ricky Langley, cet homme né dans une famille déséquilibrée et pauvre, et qui est lui même conscient de son propre déséquilibre psychologique. Pendant des années, Ricky Langley a en effet atouché et violé des enfants, jusqu’au jour où il assassina Jeremy.

L’écrivaine raconte également sa propre histoire personnelle et familiale, celle d’une petite fille aimée de ses parents et grand-parents. La construction de la narration est particulièrement adroite et intelligente Lire la suite de « L’empreinte – Alexandria Marzano-Lesnevich »

Bibliomaniacs – Episode 58

Voici un épisode un peu particulier pour moi car je n’ai malheureusement pas pu participer à son enregistrement. C’était vraiment dur à admettre car ce 58ème épisode marquait les 5 ans des Bibliomaniacs et son affiche était vraiment top ! Les copines ont parlé des livres suivants :

  • « Les heures rouges » de Leni Zumas, traduit par Anne Rabinovitch, publié aux Presses de la Cité, 408 pages.
  • « Tess d’Uberville » de Thomas Hardy, publié au Livre de Poche, traduit par Madeleine Rolland, 474 pages.
  • « Moi ce que j’aime c’est les monstres » d’Emil Ferris, publié chez Monsieur Toussaint Louverture, 416 pages

Il n’y a que le dernier livre que je n’ai pas lu, faute d’ouverture d’esprit : en le feuilletant, j’ai fait un blocage sur les dessins. Lorsque je lis une BD, il est important que je puisse me sentir à l’aise avec le graphisme et ce n’était pas le cas. Je pense que je me serais peut-être forcée avec une BD plus courte mais cette lecture me semblait vraiment trop ambitieuse.

Voici le lien pour aller l’écouter.

Lucy in the sky – Pete Fromm

FROMM2

Lucy Diamond est une adolescente de tout juste 14 ans. C’est une jeune fille qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui regrette l’insouciance passée de ses années d’enfance où elle passait ses journées à jouer avec son meilleur ami Kenny, en haut de la cage à écureuil de son quartier. Elle vit très mal son entrée dans l’adolescence car celle-ci est marquée par un changement flagrant de son corps : grande et fine, ses formes se développent sans qu’elle n’arrive à les cacher. Elle le vit si mal car non seulement elle voudrait continuer à ressembler à un garçon pour faire plaisir à son père, mais aussi car elle ne supporte pas le nouveau regard que les garçons de son âge portent sur désormais sur elle. Son entrée dans l’adolescence est définitivement entérinée le jour où Kenny et elle s’embrassent, ce qui marque pour eux le premier pas vers la découverte de la sexualité. Lire la suite de « Lucy in the sky – Pete Fromm »