Mon bilan d’octobre

Le mois d’octobre ayant été synonyme pour moi de temps, j’ai pu faire plus de lectures que d’ordinaires. Je me suis notamment tournée vers des livres jeunesse, en vue de la préparation d’un épisode de Bibliomaniacs avec Claire (épisode que nous devrions enregistrer et diffuser en début d’année prochaine). Même si je n’ai abandonné aucune lecture en cours de route, je réalise en faisant ce bilan que j’ai eu pas mal de déceptions, m’attendant à être bien plus intéressée et transportée par un certain nombre de lectures.

Mes coups de coeur

Mes autres jolies lectures

Mes déceptions

Même si je ne suis absolument pas certaine de continuer à lire autant dans les prochains mois, mon mois de novembre commence plutôt bien de ce côté… Rendez-vous dans quelques semaine pour mon prochain bilan !

Mon bilan de juillet et août

Cette période estivale et mes vacances en Dordogne ont été particulièrement propices à la lecture. J’ai pu retrouver le temps et la sérénité d’esprit nécessaires pour lire pendant de grandes plages horaires. C’est ainsi que j’ai pu faire de belles découvertes et lire de beaux classiques jeunesse.

Mes coups de coeur

Mes autres jolies lectures

Mes abandons et déceptions

Et vous, quelles sont vos plus belles lectures de vacances ?

Mon bilan de juin

Quel mois riche en littérature ! Non pas tellement parce que j’aurais beaucoup lu mais parce que j’ai eu la chance d’enregistrer un épisode de notre podcast avec David Foenkinos, qui nous a fait passer un excellent moment.

Je me suis plongée dans le dernier roman de Delphine de Vigan et j’ai commencé à renouer avec elle. J’ai adoré l’adaptation BD du grand classique de Harper Lee. J’ai découvert -très tardivement, certes- Fred Vargas avec Pars vite et reviens tard, et comme je regrette de ne pas l’avoir découverte plus tôt…

Mes coups de coeur

Mes autres belles lectures

Lectures en cours et à venir

Mon bilan de mai

Mon mois de mai marque le début d’une nouvelle aventure littéraire : grâce à ma petite bibliothèque, je vais participer au jury du Prix des lecteurs de littératures européennes de Cognac. En 2019, le livre est consacré à la littérature néerlandaise ou de langue néerlandaise. D’ici l’automne, je vais donc livre les cinq livres sélectionnés pour le prix, afin d’identifier mon chouchou. J’ai commencé fort, avec la lecture de Le coeur converti de Stefan Hertmans, qui m’a absolument passionnée, et qui constitue mon coup de coeur du mois de mai.

Comme bien souvent, j’ai lu quelques ouvrages tournant autour de l’Histoire américaine, ce qui m’intéresse toujours autant.

Mon coup de coeur

HERTMANS.jpg

Mes jolies lectures

Mes déceptions & abandons

Lectures en cours et à venir

Mon bilan de septembre

Après un passage à la médiathèque, je me suis plongée de nouveau dans quelques bandes-dessinées. Cela faisait longtemps et ça fait du bien !

Un coup de coeur ?

Malheureusement, non. J’ai fait de très belles découvertes mais soit il m’a manqué quelque chose, soit il y avait trop de violence pour que cela se transforme en coup de coeur.

Mes belles lectures

Mes abandons et déceptions

Lectures en cours et à venir

L’élégance des veuves – Alice Ferney

51fqoiugp4l-_sx195_Jules et Valentine ont huit enfants. Leurs jumeaux meurent au combat lors de la Première Guerre mondiale, leur fille Margot part vivre dans un couvent, Elisabeth décède à 15 ans, Etienne ne survit pas plus d’un jour. Il ne leur « reste » plus que Henri, Adrien et Pierre. Henri se marie avec Mathilde et ont 10 enfants. Mathilde décède en mettant au monde leur unique fille, Marie. Quelques temps après, Henri se remarie avec Gabrielle, la meilleure amie de Mathilde.

Alice Ferney dresse le portrait de cette grande famille bourgeoise française en en faisant l’inventaire de ses membres. L’élégance des veuves se lit en effet comme une liste de successions d’enfants et de petits-enfants, de mariages, de baptêmes et de décès. Et ce roman n’est malheureusement rien, absolument rien de plus qu’une liste de prénoms et de noms de famille ! Lire la suite de « L’élégance des veuves – Alice Ferney »

Le lundi, c’est BD ! #3 – Culottées

culottees8Célementine Delait, Nzinga, Margaret Hamilton, Les Mariposas, Josephine van Gorhum, Lozen, Annette Kellerman, Delia Akeley, Josephine Baker, Tove Jansson, Agnodice, Leymah Gbowee, Gioryina Reid, Christine Jorgensen, Wy Zertian : quel est le point commun à ces 15 femmes, de nationalités, d’âge, de culture différentes ?

Elles ont toutes fait preuve d’une volonté farouche, d’un sens de l’indépendance et de la liberté. Elles entreprennent ce dont elles ont envie. Certaines d’entre elles ont eu une vie qui n’a pas eu d’impact politique quand d’autres ont été de vraies militantes. Elles ont toutes pour point commun d’assumer leur position et de ne pas se laisser dicter de conduite.

Quelle magnifique couverture ! J’aime toujours autant les dessins de Pénélope Bagieu, qui véhiculent toujours une dose d’humour dans sa façon de raconter. J’apprécie tout particulièrement qu’elle se moque des préjugés. Le portrait de chacune de ces femmes se termine par un beau dessin très gai et très coloré (et sans bulle) sur une double page résumant la femme en question.

Toutefois, j’ai trouvé que les portraits étaient souvent trop courts, trop synthétiques à mon goût. Comme j’aimerais que Pénélope Bagieu fasse une BD entièrement consacrée à Josephine Baker !

Il n’empêche, cette BD est une sacrée belle découverte. Comme j’ai hâte de m’offrir et de découvrir le tome 2 !

 

Référence

Pénélope Bagieu, Culottées, éditions Gallimard, 143 pages

La marche du cavalier – Geneviève Brisac

54142_couverture_hres_0Geneviève Brisac parle des écrivaines qu’elle aime. Elle raconte certains de leurs romans et ce qui l’a touchée dans leurs personnages, leur façon d’écrire et de raconter. Elle parle essentiellement d’écrivaines dont je n’avais personnellement jamais entendu parler (Grace Perley, Ludmila Oulitskaïa, Flannery O’Conner, etc.).

Dans « l’introduction » de cet essai, se trouve une question très intéressante, cachée au milieu d’un nombre considérable de grandes considérations sociales et politiques parfaitement vagues  (et dont on peut légitimement douter de la valeur) :

« Y a-t-il une littérature féminine ? » (page 11)

Lire la suite de « La marche du cavalier – Geneviève Brisac »

Le lundi, c’est BD ! #2 – J’ai tué John Lennon

couverture-lennonLe lundi 8 décembre 1980, John Lennon est abattu par un déséquilibré mental, devant le Dakota Building, sa résidence new-yorkaise. Son assassin, Mark Chapman, est un jeune homme de 25 ans. Le mobile de ce meurtre n’a jamais été établi avec certitude, si ce n’est que le tueur était un homme instable psychologiquement.

Avec les dessins de Gaël Séjourné, Rodolphe raconte les tourments psychologiques de Mark Chapman, essayant ainsi d’imaginer ce qui a pu le pousser à tuer quelqu’un qui lui était personnellement inconnu, et sans raison apparente.

On suit ainsi les égarements de Mark Chapman, Lire la suite de « Le lundi, c’est BD ! #2 – J’ai tué John Lennon »

Première neige sur le Mont Fuji -Yasunari Kawabata

9782253069355-001-tCe petit livre d’un peu plus d’une centaine de pages est un recueil de six courtes nouvelles Yasunari Kawabata, un écrivain « classique » japonais qui obtint le Prix Nobel de littérature en 1968.

Les six nouvelles sont plus ou moins courtes et certaines m’ont plus touchées que d’autres. C’est notamment le cas de la première nouvelle, qui donne son nom à ce recueil : Jirô et Utako sont d’anciens amants qui se retrouvent par hasard des années après d’être perdus de vue. Ils se sont aimés dans leur jeunesse pendant la Seconde Guerre mondiale et Utako, enceinte de Jirô, fut contrainte d’abandonner leur enfant et d’épouser un autre homme avec lequel elle fut malheureuse. Ils se retrouvent dans leur vieillesse à Hakone et se remémorent leur jeunesse. Cette magnifique nouvelle m’a touchée par les sentiments et l’ambiance qui s’en dégagent : calme et repos malgré un regret et une nostalgie omniprésents. Lire la suite de « Première neige sur le Mont Fuji -Yasunari Kawabata »