Mon bilan de février

Les coups de coeur sont rares par ici et je n’en ai pas eu en février. J’ai toutefois fait plusieurs belles lectures, que je vous partage en images.

En ce qui concerne la rentrée littéraire d’hiver 2019, je n’en ai lu que peu de livres mais pour le moment, je n’ai été emballée par aucun d’entre eux. J’espère vraiment l’être par Une éducation de Tara Westover, que je compte lire en mars !

Mes jolies lectures

 

Mes abandons

 

Lectures en cours et à venir

Publicités

Dans les angles morts – Elizabeth Brundage

brundage« Maintenant elle était morte, et il lui en voulait terriblement. Il faisait des efforts pour se souvenir d’elle, de sa beauté dans ses vêtement du dimanche, de sa grimace quand elle fumait, mais les images dans sa tête ne réussissaient qu’à l’attrister. » (page 60)

La famille Clare a emménagé dans une ancienne ferme de l’Etat de New-York à la fin des années 1970. Catherine Clare, la jeune mère de famille, est retrouvée assassinée à la hache dans sa chambre un soir. Sa fillette de trois ans a passé la journée seule dans la maison avec sa mère morte à proximité.

Cette ferme appartenait aux Hale, des fermiers extrêmement pauvres, dont les vaches avaient été saisies et qui n’arrivaient plus à payer leurs factures. Les parents ont fini par se suicider ensemble, laissant ainsi leurs trois garçons adolescents orphelins. Ils sont recueillis par leur oncle, et ne peuvent s’empêcher de retourner sur les lieux de leur enfance. Sans connaître leur passé, Catherine Clare les embauche pour des petits travaux et noue des liens amicaux voire maternels avec le plus jeune, Cole.

Elizabeth Brundage a l’idée brillante de commencer sa narration par le meurtre de son personnage principal, Catherine Clare. De là, débute véritablement le roman, emmenant le lecteur dans la jeunesse de Catherine. Lire la suite de « Dans les angles morts – Elizabeth Brundage »

L’île des chasseurs d’oiseaux – Peter May

MAY2

Finn Macleod est un écossais qui approche de la quarantaine. Il est inspecteur de police et est appelé sur l’île de Lewis, pour contribuer à une enquête afin de retrouver l’auteur d’un meutre ayant utilisé un mode opératoire similaire à un précédent crime pour lequel il a enquêté en vain. Macleod est bouleversé par cette requête de sa hiérarchie : en arrêt depuis la mort récente de son petit garçon, il ne se voit ni laisser sa compagne ni regagner l’île de Lewis dont il est originaire et qu’il a quittée il y a 17 ans.

Son enquête est peu classique puisqu’il est amené à renouer des liens avec toutes les personnes qui furent des proches pendant son enfance et son adolescence. Ainsi, il retrouve son ancienne petite-amie, qui s’est mariée avec son meilleur ami de jeunesse et qui est devenue une toute autre femme que celle effrontée et libre qu’il a connue. Peter May dévoile subtilement le passé de son personnage à mesure que son enquête progresse. Finalement, l’enquête policière devient un prétexte pour raconter les usages ancestraux de cette île écossaise. Il y est question de la pauvre économie de cette île et de la particularité de cette culture, faite d’une langue difficilement entendable à des oreilles anglaises, de traditions parfois très barbares (comme le massacre de 2000 gugas tous les ans, dans des conditions de vie extrêmes pour leurs chasseurs), d’extrêmisme religieux…

Ce roman fonctionne incroyablement bien Lire la suite de « L’île des chasseurs d’oiseaux – Peter May »

Biblimaniacs – L’émission de janvier 2019 est en ligne !

Pour ce début d’année 2019, nous avons enregistré une émission que j’ai beaucoup aimé préparer. Non seulement cela m’a permis de découvrir Henry James, que je n’avais jamais lu, mais mon envie de voyager en Ecosse a été ravivée par le gros coups de coeur eu en lisant Peter May.

L’émission de janvier est disponible ici mais aussi sur iTunes, Deezer et Spotify.

Bonne écoute !

La saison des feux – Celeste Ng

NG2A la fin des années 1990, la famille Richardson vit dans la banlieue de Cleveland aux Etats-Unis. Elena, la mère de la famille Richardson, se réveille un matin alors que sa maison est en feu. Quelqu’un a allumé plein de petits feux partout dans la maison. Heureusement, les quatre enfants de la famille sont déjà sortis de la maison et il n’y a aucune victime.

Qui a bien pu commettre cet acte irresponsable ? Ce n’est pas tellement la question à laquelle Celeste Ng s’attache à répondre dans son intrigue. Elle raconte plutôt comment l’un des personnages en est arrivé à réaliser cet acte. Pour cela, elle dresse le portrait d’une famille aisée, qui semble à l’abris de tout souci matériel et dont les membres unis vivent heureux.

L’arrivée d’une mère et de sa fille dans cette petite communauté va petit à petit changer leur quotidien. Mia et Pearl sont les locataires d’une maison appartenant aux Richardson et l’adolescente Pearl se fait une place à part entière parmi les enfants Richardson, au point que ceux-ci nouent également des liens forts avec sa mère Mia. Lire la suite de « La saison des feux – Celeste Ng »

La serpe – Philippe Jaenada

la serpe« […] mon but, mon idée de départ, c’est d’écrire un roman policier, un truc sanglant, de résoudre une énigme. »

Dans la nuit du 24 au 25 octobre 1941, un triple meurtre sanglant est commis au château d’Escoire dans le Périgord. Le propriétaire du château, Georges Girard, sa sœur Amélie et leur bonne Louise sont retrouvés assassinés au petit matin, tués à coups de serpe et baignent dans leur sang. Amélie est allongée sur le ventre dans le petit salon, la chemise remontée sur le dos tandis que Louise et Georges sont étendus parterre dans la chambre de ce dernier. Il n’y a qu’un seul rescapé à ce massacre, Henri Girard, le fils unique de la famille, qui a dormi dans une autre aile du château et n’a rien entendu de la nuit. Très rapidement, il est considéré comme le principal et unique suspect et les résultats de l’enquête soulignent sa culpabilité. Après 19 mois d’enquête et d’instruction, Henri Girard est acquitté des charges qui pesaient contre lui : à la surprise générale, il est déclaré non coupable. Pour autant, il est bien considéré comme le coupable dans la mémoire collective périgourdine.

« […] faut que je reste modeste, mais tout de même : amis périgourdins qui ne vous doutez de rien, bientôt, parmi vous, incognito, s’avancera Philippe Colombo, Hercule Jaenada, et on va voir ce qu’on va voir. »

Avant de partager mon ressenti sur cette lecture, il me semble important de préciser que j’avais volontairement repoussé du bout des doigts toutes les critiques le concernant, ne souhaitant pas être spoilée. Ainsi, lorsque j’ai commencé cette lecture en apprenant que Henri Girard avait été acquitté lors de son procès, je me suis imaginée –sans savoir pourquoi- que Philippe Jaenada allait prendre le parti d’expliquer pourquoi il n’aurait pas dû l’être. Lire la suite de « La serpe – Philippe Jaenada »

Le crime d’Halloween – Agatha Christie

cvt_le-crime-dhalloween_118

Mrs Oliver est une écrivaine de polar. Un jour où elle rend visite à l’une de ses amies qui l’a invitée dans sa demeure de Woodleigh Common pour participer à une fête organisée pour des jeunes filles, un meurtre a lieu. Joyce, une fillette de 12 ans, est noyée dans un bac d’eau et personne ne sait qui peut être le coupable.

Quelques heures avant son décès, Joyce s’était vantée d’avoir été le témoin d’un meurtre il y a quelques années de cela, sans avoir réalisé de quoi il s’agissait sur le coup. Mrs Oliver contacte immédiatement son ami Hercule Poirot, pour qu’ils résolve cette affaire. Pour cela, Poirot devra découvrir si Joyce mentait ou non en disant qu’elle avait été témoin d’un meurtre et résoudre ce meurtre qui s’est passé quelques temps auparavant.  Lire la suite de « Le crime d’Halloween – Agatha Christie »