Le lundi, c’est BD ! #3 – Culottées

culottees8Célementine Delait, Nzinga, Margaret Hamilton, Les Mariposas, Josephine van Gorhum, Lozen, Annette Kellerman, Delia Akeley, Josephine Baker, Tove Jansson, Agnodice, Leymah Gbowee, Gioryina Reid, Christine Jorgensen, Wy Zertian : quel est le point commun à ces 15 femmes, de nationalités, d’âge, de culture différentes ?

Elles ont toutes fait preuve d’une volonté farouche, d’un sens de l’indépendance et de la liberté. Elles entreprennent ce dont elles ont envie. Certaines d’entre elles ont eu une vie qui n’a pas eu d’impact politique quand d’autres ont été de vraies militantes. Elles ont toutes pour point commun d’assumer leur position et de ne pas se laisser dicter de conduite.

Quelle magnifique couverture ! J’aime toujours autant les dessins de Pénélope Bagieu, qui véhiculent toujours une dose d’humour dans sa façon de raconter. J’apprécie tout particulièrement qu’elle se moque des préjugés. Le portrait de chacune de ces femmes se termine par un beau dessin très gai et très coloré (et sans bulle) sur une double page résumant la femme en question.

Toutefois, j’ai trouvé que les portraits étaient souvent trop courts, trop synthétiques à mon goût. Comme j’aimerais que Pénélope Bagieu fasse une BD entièrement consacrée à Josephine Baker !

Il n’empêche, cette BD est une sacrée belle découverte. Comme j’ai hâte de m’offrir et de découvrir le tome 2 !

 

Référence

Pénélope Bagieu, Culottées, éditions Gallimard, 143 pages

Le lundi, c’est BD ! #2 – J’ai tué John Lennon

couverture-lennonLe lundi 8 décembre 1980, John Lennon est abattu par un déséquilibré mental, devant le Dakota Building, sa résidence new-yorkaise. Son assassin, Mark Chapman, est un jeune homme de 25 ans. Le mobile de ce meurtre n’a jamais été établi avec certitude, si ce n’est que le tueur était un homme instable psychologiquement.

Avec les dessins de Gaël Séjourné, Rodolphe raconte les tourments psychologiques de Mark Chapman, essayant ainsi d’imaginer ce qui a pu le pousser à tuer quelqu’un qui lui était personnellement inconnu, et sans raison apparente.

On suit ainsi les égarements de Mark Chapman, Lire la suite de « Le lundi, c’est BD ! #2 – J’ai tué John Lennon »

Le lundi, c’est BD ! #1 – Polina

Cette année, j’ai eu envie d’initier un nouveau rendez-vous hebdomadaire : la BD. Depuis environ deux ans, je lis de plus en plus de BD et c’est un genre qu’il me plaît à chroniquer. Chaque lundi, je partagerai donc un billet sur une lecture BD, qu’elle soit un coup de coeur ou non.

polinaPolina Oulinov est une petite fille russe qui a une passion pour la danse. Elle est scolarisée dans un établissement lui permettant de pratiquer la danse classique à un haut niveau, dans le but de devenir l’une des meilleures ballerines de son pays. Cet enseignement est particulièrement contraignant et difficile tant physiquement que moralement. Les professeurs ne sont pas tendres envers elle.

Bastien Vivès raconte le parcours de cette petite fille, de ses premières années de scolarité en danse classique jusqu’à ses années de liberté et de redécouverte de la danse à l’étranger. Il reproduit assez bien l’ambiance froide de cette éducation stricte Lire la suite de « Le lundi, c’est BD ! #1 – Polina »

Mon bilan de décembre en images

L’année 2016 s’achève sur un mois de décembre assez féminin dans mes lectures, du fait des Bibliomaniacs puisque notre émission de janvier sera sous le thème des « grandes » femmes (des femmes exceptionnelles). Ce fut donc l’occasion de relire le chef-d’oeuvre autobiographique de Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée. Ce livre, lu il y a un peu moins de 15 ans m’avait fortement marquée et j’ai particulièrement savouré sa relecture. Je le classe d’ailleurs dans mes livres préférés ! Lire la suite de « Mon bilan de décembre en images »

La légèreté – Catherine Meurisse

9782205075663-couvLe 7 janvier 2015, la vie de Catherine Meurisse est bouleversée. Ses amis et collègues de Charlie Hebdo sont assassinés. Elle échappe à ce massacre grâce à une grande déception amoureuse qui l’a faite arriver en retard au travail ce matin là. Ce traumatisme créé en elle une dissociation. Ce sont les mots que son psychologue met sur ce qu’elle vit : elle a l’impression de ne plus rien ressentir. La solution qu’elle trouve est de s’éloigner de son quotidien et des médias.

Dans un premier temps, elle part à la campagne et à la mer. Dans un second temps, elle part un mois à la villa Médicis à Rome. Elle veut faire le plein de beauté. Pour lutter contre le syndrome du 7 janvier 2015, elle veut à tout prix être atteinte du syndrome de Stendhal.

Catherine Meurisse allie tristesse et humour pout raconter sa difficile année 2015. Ses mots et ses dessins sonnent justes. Avec beaucoup de simplicité, elle raconte la façon dont elle a vécu cette tragédie et comment elle survécu et dépassé cette épreuve. Elle livre un beau et douloureux témoignage.

Référence

Catherine Meurisse, La légèreté, éditions Dargaud, 133 pages