Gouverneurs de la rosée – Jacques Roumain

IMG_20170514_085231_831Manuel retourne à Haïti après avoir passé 15 ans à Cuba, où il s’est exilé pour trouver du travail. Lorsqu’il retourne dans son village natal, Fonds-rouge, il découvre une campagne complètement dévastée par la sécheresse. L’eau ne tombe plus du ciel et ne draine plus les sols ; plus rien ne pousse. Plutôt que de chercher une solution à leur problème, les habitants attendent l’arrivée de la pluie en priant.

« quand la volonté de l’homme se fait haute et dure comme les montagnes il n’y a pas de force sur terre ou en enfer pour l’ébranler et la détruire. » (page 88)

Manuel ne supporte pas ce fatalisme haïtien et décide de prendre les choses en mains : il redoublera d’efforts et trouvera une source d’eau pour irriguer les champs. Bien que le village soit divisé en deux clans et qu’il fasse partie de la famille à l’origine de la division, il met au point un schéma qui assurera la fédération du village en même temps que son nouvel essor agricole.

« – Tu vois, c’est la plus grande chose au monde que tous les hommes sont frères, qu’ils ont le même poids dans la balance de la misère et de l’injustice. » (p.88)

Je crois n’avoir encore jamais lu de roman politique aussi bien réussi et émouvant. Le projet de Manuel est à la fois d’apporter croissance et paix à son village, tout en cherchant son bonheur personnel à travers sa relation avec Annaïse. Jacques Roumain offre sur un plateau toutes les merveilles que l’on recherche dans la littérature : de la tragédie amoureuse (à la Romeo et Juliette), de la tragédie politique (à la Antigone) et de la poésie.

« Une lumière illumina son visage, ce n’était pas un rayon de soleil couchant, c’était la grande joie. » (p.89)

Il est assez incroyable de voir à quel point ce roman était en avance sur son temps. Je n’ai en effet pas pu m’empêcher de faire des parallèles entre la fédération du village de Fonds-rouge et la construction d’une communauté européenne. Manuel est la figure emblématique d’un jeune homme plein d’idéaux, prêt à tout pour qu’ils se réalisent. Et même si la romance entre Manuel et Annaïse n’est pas aussi développée que je l’aurais aimée, elle apporte une touche de poésie à ce roman très humaniste.

Lisez-le absolument !

Référence

Jacques Roumain, Gouverneurs de la rosée, éditions Zulma, 217 pages

Publicités

7 commentaires sur « Gouverneurs de la rosée – Jacques Roumain »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s