Aux animaux la guerre – Nicolas Mathieu

mathieu2

« Chacun brandissait ses martyrs et justifiait ses crimes. » (page 12)

Ce roman choral raconte l’histoire de Martel, un opérateur-régleur d’un équipementier automobile, dont l’usine en Lorraine est en train de pérécliter. Après plusieurs années, Martel est devenu représentant du personnel puis secrétaire du CE. Bruce, un autre opérateur, lui colle à la peau. Tous les deux ont le don de s’engouffrer dans des situations poisseuses : détournement d’argent, emprunt à des mafieux… Rapidement, leur choix entrent dans un cercle vicieux. Il y a aussi Rita, l’inspectrice du Travail, qui surveille la situation économique de l’usine et soutient Martel quand l’annonce d’un PSE survient.

Cette narration qui multiplie les personnages et les points de vue est prenante et très riche. Lire la suite de « Aux animaux la guerre – Nicolas Mathieu »

Publicités

Bibliomaniacs – Episode 57

L’épisode 57 de notre podcast littéraire est en ligne, vous pouvez vous jeter dessus ! Nous avons, pour la première fois, enregistré dans un espace de coworking. Normalement, cela ne s’entend pas à l’enregistrement. Dans cette belle affiche, on retrouve à la fois des titres américains et français :

  • Dans les angles morts d’Elizabeth Brundage
  • La fille du fermier de Jim Harrison
  • Aux animaux la guerre de Nicolas Matthieu

Pour l’écouter, c’est par ici ! Et vous trouverez également le podcast sur les applis de podcast, iTunes, Deezer et Spotify. Bonne écoute !

Mon bilan de janvier

Avec un petit peu de retard, je vous partage le bilan d’un mois plein de lectures. Cela faisait longtemps que je n’avais plus lu autant et quel plaisir !

Grâce à l’affiche de février des Bibliomaniacs, j’ai découvert une excellente écrivaine américaine : Elizabeth Brundage. J’ai également fait la découverte d’autres très bonnes écrivaines (américaines aussi) : Leni Zumas et Margaret Atwood (que je n’avais jamais lue, shame on me!). Et j’ai poursuivi ma lecture d’une belle série BD sur la Seconde Guerre mondiale : Amours fragiles.

Mon coup de coeur

brundage2

Mes jolies lectures

Déceptions et abandons

Lectures en cours et à venir

La servante écarlate – Margaret Atwood

atwoodDans un monde et à une époque peu éloignés du notre, les femmes sont totalement asservies par les hommes. Elles obéissent à un système qui les classe en trois catégories : celles qui sont les épouses des maîtres, celles qui contribuent au ménage, celles qui se mettent au service des maîtres pour enfanter. Defred fait partie de la troisième catégorie car elle est considérée comme fertile dans un pays où la fécondité a extrêmement baissé. Pour cela, sa petite fille lui a été retirée et elle a subi une éducation particulièrement sévère pour être prête à ce rôle d’esclave sexuelle. Il lui est impossible d’avoir la moindre liberté, que ce soit de s’exprimer, jusqu’à celle de s’ôter la vie.

J’attendais avec impatience de lire ce roman culte, que la triste actualité politique de ces dernières années avait mis de nouveau en avant. Alors que je suis pourtant friande de dystopies (que je trouve toujours très angoissantes), j’ai eu beaucoup de mal à apprécier le personnage de Defred. Certes, l’histoire de ce pays est très troublante. J’ai notamment été très saisie par la question de ce chemin de fer clandestin Lire la suite de « La servante écarlate – Margaret Atwood »

Les petits garçons – Théodore Bourdeau

bourdeauQuatrième de couverture : « C’est l’histoire de deux amis qui traversent ensemble l’enfance, puis l’adolescence, et qui atterrissent à l’âge adulte le coeur entaillé.
C’est l’histoire d’un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs.
C’est l’histoire d’un parcours fulgurant, celui de son ami Grégoire, et des obstacles qui l’attendent.
C’est aussi l’histoire d’une société affolée par les nouveaux visages de la violence.
C’est enfin une histoire de pouvoir, de déboires et d’amour.
Mais avant tout, c’est l’histoire de deux petits garçons.
Théodore Bourdeau signe un premier roman enlevé, à l’humour réjouissant, qui entremêle la douceur de l’enfance, les erreurs de jeunesse et le nécessaire apprentissage de la vie.

Ce roman m’a paru froid et insipide, tant sur le contenu que sur le style. Théodore Bourdeau ne sait pas partager les sentiments de ses personnages à son lecteur et se contente d’aligner des événements de l’enfance-adolescence-âge adulte. Il les espace parfois d’ellipses inattendues et inutiles. La narration superficielle de l’enfance est particulièrement décevante parce que survolée. Il est clair que la maîtrise de la temporalité n’est pas simple pour lui. Quand au style, je le cherche toujours. Lire la suite de « Les petits garçons – Théodore Bourdeau »

Dans les angles morts – Elizabeth Brundage

brundage2« Maintenant elle était morte, et il lui en voulait terriblement. Il faisait des efforts pour se souvenir d’elle, de sa beauté dans ses vêtement du dimanche, de sa grimace quand elle fumait, mais les images dans sa tête ne réussissaient qu’à l’attrister. » (page 60)

La famille Clare a emménagé dans une ancienne ferme de l’Etat de New-York à la fin des années 1970. Catherine Clare, la jeune mère de famille, est retrouvée assassinée à la hache dans sa chambre un soir. Sa fillette de trois ans a passé la journée seule dans la maison avec sa mère morte à proximité.

Cette ferme appartenait aux Hale, des fermiers extrêmement pauvres, dont les vaches avaient été saisies et qui n’arrivaient plus à payer leurs factures. Les parents ont fini par se suicider ensemble, laissant ainsi leurs trois garçons adolescents orphelins. Ils sont recueillis par leur oncle, et ne peuvent s’empêcher de retourner sur les lieux de leur enfance. Sans connaître leur passé, Catherine Clare les embauche pour des petits travaux et noue des liens amicaux voire maternels avec le plus jeune, Cole.

Elizabeth Brundage a l’idée brillante de commencer sa narration par le meurtre de son personnage principal, Catherine Clare. De là, débute véritablement le roman, emmenant le lecteur dans la jeunesse de Catherine. Lire la suite de « Dans les angles morts – Elizabeth Brundage »

Le sillon – Valérie Manteau

MANTEAU2Valérie Manteau part retrouver son petit ami turc à Istanbul, et emménage chez lui. Elle cherche un sujet d’écriture qui lui permette de parler à la fois de cette ville, de ses habitants, de l’Histoire turque et de la situation sociale et politique du pays. Elle s’étonne de la disproportion entre les actions de soutien des turcs après les attentats de Charlie Hebdo et l’absence totale d’intérêt des français suite au meurtre du journaliste Hrant Dink en 2007. Ce grand journaliste turc d’origine arménienne devient donc la raison d’être de ses déambulations dans Istanbul. Elle ne se déplace presque plus sans sa biographie et ses rencontres deviennent l’occasion d’en apprendre plus sur lui et sur la situation du journalisme et des droits de l’Homme en Turquie.

Valérie Manteau m’a fait voyager, je me suis sentie dans une bulle le temps d’une après-midi de lecture. Son récit de son année dans cette ville très jeune et vivante m’a émerveillée. Et petit à petit, en même temps qu’elle prenait conscience de la dangerosité de la situation pour les penseurs libres, cet émerveillement s’est transformé en une tristesse pour ce pays. Là où je m’attendais à lire une histoire d’amour, l’Histoire a pris le pas sur l’individu et je n’en ai pas été déçue. Lire la suite de « Le sillon – Valérie Manteau »

L’île des chasseurs d’oiseaux – Peter May

MAY2

Finn Macleod est un écossais qui approche de la quarantaine. Il est inspecteur de police et est appelé sur l’île de Lewis, pour contribuer à une enquête afin de retrouver l’auteur d’un meutre ayant utilisé un mode opératoire similaire à un précédent crime pour lequel il a enquêté en vain. Macleod est bouleversé par cette requête de sa hiérarchie : en arrêt depuis la mort récente de son petit garçon, il ne se voit ni laisser sa compagne ni regagner l’île de Lewis dont il est originaire et qu’il a quittée il y a 17 ans.

Son enquête est peu classique puisqu’il est amené à renouer des liens avec toutes les personnes qui furent des proches pendant son enfance et son adolescence. Ainsi, il retrouve son ancienne petite-amie, qui s’est mariée avec son meilleur ami de jeunesse et qui est devenue une toute autre femme que celle effrontée et libre qu’il a connue. Peter May dévoile subtilement le passé de son personnage à mesure que son enquête progresse. Finalement, l’enquête policière devient un prétexte pour raconter les usages ancestraux de cette île écossaise. Il y est question de la pauvre économie de cette île et de la particularité de cette culture, faite d’une langue difficilement entendable à des oreilles anglaises, de traditions parfois très barbares (comme le massacre de 2000 gugas tous les ans, dans des conditions de vie extrêmes pour leurs chasseurs), d’extrêmisme religieux…

Ce roman fonctionne incroyablement bien Lire la suite de « L’île des chasseurs d’oiseaux – Peter May »

Le tour d’écrou – Henry James

JAMES2Une jeune gouvernante raconte dans son journal intime son expérience au sein d’une maison anglaise, où elle eut pour tâche de s’occuper de deux orphelins, Flora et Miles. Miles s’étant fait renvoyer de son école privée, elle dut s’occuper de son éducation, sans savoir précisément quelle faute il avait commise, mais tout en se doutant d’une problématique de comportement.

Elle se rend rapidement compte qu’il se passe des choses étranges, surnaturelles, le jour où elle assiste à l’apparition de fantômes dans la propriété. Elle ne souhaite pas déranger l’oncle des enfants, le maître des lieux, qui vit à Londres. Elle souhaite toutefois tout faire pour aider les enfants.

Avec beaucoup de malice, Henry James piège son lecteur dans une histoire de fantômes dont il est impossible de sortir sans être allé jusqu’au bout. Je suis particulièrement friande de ces romans qui commencent par des introduction sous la forme de mystérieuses scènes de journal intime retrouvé. Dès les premières pages, Lire la suite de « Le tour d’écrou – Henry James »

Biblimaniacs – L’émission de janvier 2019 est en ligne !

Pour ce début d’année 2019, nous avons enregistré une émission que j’ai beaucoup aimé préparer. Non seulement cela m’a permis de découvrir Henry James, que je n’avais jamais lu, mais mon envie de voyager en Ecosse a été ravivée par le gros coups de coeur eu en lisant Peter May.

L’émission de janvier est disponible ici mais aussi sur iTunes, Deezer et Spotify.

Bonne écoute !